L'intérêt de l'activité physique dans le traitement de l'épaule douloureuse chez les patients traumatisés médullaires

Garcia, David ; Rossetti, Maïk ; Portuesi, Vito (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute Ecole de Santé Vaud, 2011.

Introduction : Le traumatisme médullaire entraine une perte de fonction des membres inférieurs et augmente la sollicitation des membres supérieurs, ce qui peut entrainer des douleurs, notamment au niveau des épaules. Les conséquences peuvent être une baisse de l’activité et de la qualité de vie, ainsi qu’un vieillissement précoce. L’activité physique permet entre autre de diminuer... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Introduction : Le traumatisme médullaire entraine une perte de fonction des membres inférieurs et augmente la sollicitation des membres supérieurs, ce qui peut entrainer des douleurs, notamment au niveau des épaules. Les conséquences peuvent être une baisse de l’activité et de la qualité de vie, ainsi qu’un vieillissement précoce. L’activité physique permet entre autre de diminuer les douleurs dans cette population. Un entrainement physique ciblé pourrait permettre de diminuer les douleurs d’épaules. Objectifs : Établir une revue quantitative et systématique de la littérature quant aux effets de l’activité physique sur les douleurs d'épaule chez les traumatisés médullaires. Méthodologie : La recherche s’est effectuée à l’aide de bases de données en fonction des thèmes entre janvier et novembre 2010. Le tri s’est fait avec des critères d’inclusion et d’exclusion et avec une grille de lecture. Résultats : Quatre études interventionnelles ont été retenues. Trois études ont retrouvé des résultats significatifs sur la diminution des douleurs d’épaule au pré-post test. Une étude a mis en évidence des interactions significativement meilleures de groupe et de temps pour les douleurs et la satisfaction des sujets. Conclusion : L’activité physique aurait un effet positif dans la diminution et la prévention des douleurs d’épaule chronique chez les traumatisés médullaires. Elle améliorerait aussi la satisfaction des sujets. Néanmoins, le petit nombre d’études et leur qualité méthodologique moyenne ne nous permettent pas actuellement d’établir des conclusions formelles mais nous permettent de souligner des résultats encourageants.