La mobilisation active précoce des patients intubés

Forster, Coralie ; Wagnières, Marion ; Gaudin, Corinne (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute Ecole de Santé Vaud, 2011.

Type d’étude : Revue systématique de la littérature Introduction : Bien que la mobilisation active précoce diminue les effets néfastes de l’alitement et aide à conserver les capacités fonctionnelles, celle-ci n’est pas réalisée systématiquement chez les patients intubés. Pourtant, il semblerait qu’elle réduise la durée de séjour hospitalière de ces patients et, ainsi,... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Type d’étude : Revue systématique de la littérature Introduction : Bien que la mobilisation active précoce diminue les effets néfastes de l’alitement et aide à conserver les capacités fonctionnelles, celle-ci n’est pas réalisée systématiquement chez les patients intubés. Pourtant, il semblerait qu’elle réduise la durée de séjour hospitalière de ces patients et, ainsi, diminue les coûts de la santé. Un certain nombre d’études analyse cette prise en charge, mais il n’y a pas de consensus sur ses modalités, ni de description précise de ses effets. Objectifs : Evaluer l’effet d’une mobilisation active précoce chez des patients intubés aux soins intensifs, sur leur temps de ventilation mécanique, leur durée de séjour aux soins intensifs et à l’hôpital, et sur leur lieu de transfert après le séjour hospitalier. Méthode : Les recherches ont été effectuées de novembre 2009 à janvier 2011 sur les bases de données PEDro, CINAHL, Cochrane, PubMed, ScienceDirect et Kinedoc. Les deux études retenues sont des études comparatives. L’effet de la mobilisation active précoce est comparé à celui d’une prise en charge de nursing. Résultats : Aucune différence significative entre le groupe intervention et le groupe contrôle n’est démontrée. Les patients bénéficiant de mobilisation active précoce ont néanmoins tendance à passer moins de temps sous ventilation mécanique, aux soins intensifs et à l’hôpital. De plus, ils sont transférés vers des structures moins lourdes. Conclusion : Cette prise en charge semble pertinente, mais d’avantage d’études de bonne qualité sont nécessaires pour établir des recommandations plus précises.