Entorse de cheville et entraînement neuromusculaire : impact sur le nombre de récidives chez l'adulte

Allaz, Jérémy ; Lecocq, Mélissa ; Pichonnaz, Claude (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute Ecole de Santé Vaud, 2011.

RESUME Introduction : L’entorse de cheville est une blessure fréquente avec un risque de récidive élevé. L’entraînement neuromusculaire est un moyen physiothérapeutique couramment utilisé pour limiter les récidives. Cependant les modalités d’application restent essentiellement empiriques et l’efficacité sur la récidive n’a pas encore fait l’objet d’une revue de la... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    RESUME Introduction : L’entorse de cheville est une blessure fréquente avec un risque de récidive élevé. L’entraînement neuromusculaire est un moyen physiothérapeutique couramment utilisé pour limiter les récidives. Cependant les modalités d’application restent essentiellement empiriques et l’efficacité sur la récidive n’a pas encore fait l’objet d’une revue de la littérature. Problématique : Les protocoles de rééducation neuromusculaire sont variés et les modalités d’application ne sont pas standardisées. Les objectifs de cette revue sont de déterminer si l’entraînement neuromusculaire influence le nombre de récidives d’entorse de cheville, et de donner des pistes de réflexion pouvant expliquer les différents résultats. Méthodes : Une recherche systématique de la littérature a été effectuée sur les bases de données de Pubmed, CINHAL, PEDro et Cochrane. La recherche a débuté en février 2010 et inclus des études randomisées contrôlées utilisant la récidive comme outcome. La qualité méthodologique des articles a été analysée avec la grille PEDro Résultats : Des 7 études retenues, 5 études démontrent une amélioration significative du nombre de récidives en faveur de l’entraînement neuromusculaire. Une étude n’a pas bénéficié de statistiques inférentielles. La dernière trouve un résultat non-significatif. Discussion : Plusieurs facteurs semblent influencer les résultats, tels que le volume total d’entraînement, la fréquence et la durée des séances, les outils de traitement ainsi que la population. L’hétérogénéité des études doit cependant nuancer l’interprétation desrésultats. Conclusion : L’entraînement neuromusculaire est un moyen efficace pour prévenir la récidive après une entorse de cheville. De futures études sont nécessaires pour optimaliser les modalités d’application.