Faculté des lettres et sciences humaines

Wadon, lanang tur banten : les offrandes à Bali, une répartition genrée des tâches

Feller, Anaëlle ; Ghasarian, Christian (Dir.)

Mémoire de master : Université de Neuchâtel, 2011.

Ma recherche porte sur la pratique rituelle des offrandes à Bali dans une perspective genre. Elle démontre l’importance de cette pratique ancrée dans le social, la flexibilité des rôles dans les faits et la complexité de l’analyse des rapports de sexe. La notion de genre est utilisée en tant que processus social qui produit et reproduit le genre en abordant la socialisation... More

Add to personal list
    Résumé
    Ma recherche porte sur la pratique rituelle des offrandes à Bali dans une perspective genre. Elle démontre l’importance de cette pratique ancrée dans le social, la flexibilité des rôles dans les faits et la complexité de l’analyse des rapports de sexe. La notion de genre est utilisée en tant que processus social qui produit et reproduit le genre en abordant la socialisation différentielle dans l’apprentissage de la fabrication d’offrandes, et en tant que système structurant qui organise la société en décrivant la répartition des tâches dans la préparation des offrandes. L’objet de ma recherche est d’abord situé, mettant ainsi en évidence les structures et les valeurs sociales, ainsi que le contexte religieux, dans lesquels s’inscrivent les individus rencontrés et la pratique observée. Je définis ensuite les offrandes et leur usage avant d’expliquer comment s’est transmis pour les individus interrogés le savoir-faire et le savoir symbolique par l’apprentissage de la création d’offrandes et de constater une attribution des activités selon le sexe. L’identification des rôles des individus sur le terrain dans la préparation des offrandes est obtenue par l’observation et par les représentations des rôles féminins et masculins formulées par les acteurs•trices dans leurs discours. Ces rôles, expliqués par le sens commun, sont mis en rapport avec les rôles fixés par la norme. L’analyse des rapports homme-femme est d’abord effectuée dans une perspective matérialiste de la répartition genrée des tâches relatives aux offrandes, puis étendue à l’organisation sociale. Puis, je questionne les différentes notions utilisées telles que hiérarchie, valorisation, sphères publique et privée, prestige, pouvoir en les définissant selon le contexte local afin d’éviter le biais eurocentrique. Ma démarche démontre que l’usage des modèles théoriques et des notions utilisées doit être fait avec précaution et propose de nouvelles pistes de recherche.