Optimisation de l’utilisation de nouveaux produits de contraste pour l’imagerie de contrôle en radiothérapie sur un modèle animal

Sprengers, Kevin ; Tran, Lou-Vinh

Mémoire de bachelor : Haute Ecole de Santé Vaud, 2016.

Introduction : La radiothérapie stéréotaxique est aujourd’hui une stratégie thérapeutique attrayante pour les cancers hépatiques et pulmonaires mais dont la toxicité induite par les traitements demeure un problème. Durant la planification des traitements, l’imagerie tomodensitométrique est utilisée pour la détermination des volumes tumoraux à traiter et des organes à risques à... More

Add to personal list
    Résumé
    Introduction : La radiothérapie stéréotaxique est aujourd’hui une stratégie thérapeutique attrayante pour les cancers hépatiques et pulmonaires mais dont la toxicité induite par les traitements demeure un problème. Durant la planification des traitements, l’imagerie tomodensitométrique est utilisée pour la détermination des volumes tumoraux à traiter et des organes à risques à épargner. Elle sert également pour les calculs de dosimétrie pouvant impliquer de fortes doses. L’imagerie intervient aussi lors de la séance de traitement afin de permettre un repositionnement du patient le plus précis possible assurant l’optimisation de la radiothérapie. Relativement à ces contraintes, les images utilisées nécessitent d’être fortement contrastées. L’utilisation de produits de contraste iodés peut s’avérer problématique en raison d’un transit rapide du produit dans le réseau vasculaire, d’une nephrotoxicité liée à l’élimination du produit par les reins ainsi que de possibles réactions anaphylactoïdes. Ainsi, des nouveaux agents de contraste ont été développés pour l’imagerie préclinique tomodensitométrique. Objectifs : Notre étude préclinique consiste à optimiser l’utilisation d’un produit de contraste à base de nanoparticules pour l’imagerie du foie et du poumon ainsi que de déterminer le temps d’imagerie optimal. Matériel et méthode : Nous avons divisé notre étude en deux expérimentations, l’une sur le foie, l’autre sur le poumon. Pour chaque expérience, des souris de la lignée C57BL/6 ont été imagées à différents temps avant et après injection unique d’ExiTron nano 6000 pour le foie et 12000 pour le poumon. L’imagerie a été effectuée avec le système d’imagerie CBCT d’un irradiateur préclinique (X-Rad 225Cx). Résultats : A 80 kV et 1,5 mAs, nous obtenons un rehaussement hépatique maximal de 470 unités Hounsfield (UH) à 8h post-injection (p.i.) et un rehaussement vasculaire pulmonaire maximal de 815 UH directement après injection. Le rehaussement hépatique persiste jusqu’à 40 jours p.i. et le rehaussement vasculaire pulmonaire jusqu’à 4h p.i.. Aucune complication relative à l’administration du produit de contraste pour les souris n’a été relevée. Conclusion : Notre étude montre la possibilité de l’utilisation de l’ExiTron nano 6000 pour l’imagerie du foie et de l’ExiTron nano 12000 pour l’imagerie du poumon à l’aide d’un CBCT.