Faculté des lettres

L'entrée à l'école à l'heure du partenariat : une perspective sociologique des relations entre les familles et l'école en quartier populaire

Scalambrin, Laure ; Ogay, Tania (Dir.)

Thèse de doctorat : Université de Fribourg, 2015.

Le partenariat entre les familles et l’école et les logiques qui s’y rapportent (une plus grande proximité avec les familles) s’imposent depuis une décennie dans le canton de Genève comme une réponse évidente à la lutte contre l’échec scolaire. Sous l’impulsion de nouvelles politiques scolaires, l’école genevoise se voit encouragée au renforcement des liens avec les... Di più

Aggiungi alla tua lista
    Résumé
    Le partenariat entre les familles et l’école et les logiques qui s’y rapportent (une plus grande proximité avec les familles) s’imposent depuis une décennie dans le canton de Genève comme une réponse évidente à la lutte contre l’échec scolaire. Sous l’impulsion de nouvelles politiques scolaires, l’école genevoise se voit encouragée au renforcement des liens avec les familles, particulièrement lorsque les établissements sont situés dans des quartiers populaires. Le partenariat est à construire de plus en plus précocement, dès l’entrée à l’école. Cette étude de type ethnographique interroge ce dispositif institutionnel et ses paradoxes à partir d’une compréhension sociologique des processus de construction et de structuration des relations entre les familles et l’école lors des premiers moments de cette rencontre. A travers l’analyse d’un corpus hétérogène (observations in situ n=101, entretiens exploratoires n=5, entretiens compréhensifs n=23, divers documents), elle restitue les modalités et les formes d’interprétation, d’appropriation et d’engagement des acteurs familiaux et scolaires dans la mise en place concrète de ce dispositif dans des espaces d’interactions et des circonstances variés (le premier entretien parents-enseignante, les interstices, l’espace du quartier). Au terme de cette recherche, il apparaît d’une part que le partenariat est socialement interprété et mis en oeuvre par les différents acteurs selon des significations différentes. D’autre part, il ressort que si les familles et les acteurs de l’école s’approprient inégalement ces nouvelles normes de participation à l’école, ils développent des stratégies variées dans la négociation autour de l’éducation de l’enfant. Enfin, le partenariat se construit largement dans le quotidien des interactions entre les parents et les enseignantes. En particulier lors de l’entrée à l’école, les configurations interactionnelles que rendent possibles les interstices (par exemple, les arrivées/départs de l’enfant à l’école, les rencontres parents-enseignante sur le pas de la porte de la classe, les temps d’accueil) constituent une part importante de la relation qui se noue entre les parents et l’enseignante. La possibilité de rencontre et la fréquence de contacts individuels quasi quotidienne favorisent l’instauration d’une relation de confiance réciproque et ouvre un espace de dialogue.