Le jeu "soignant" en pédiatrie face aux douleurs iatrogènes : travail de Bachelor

Creton, Cyril ; Giacometti, Lissa ; Diby, Marc (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute école de santé Genève, 2016.

Thème : Les enfants suivis en soins palliatifs pour des maladies chroniques font face à une multitude de soins, dont ils témoignent que les plus douloureux sont ceux employant une aiguille. L’objectif de cette revue de littérature est d’évaluer les bénéfices de l’utilisation de la distraction par le jeu chez l’enfant dans la prise en charge des douleurs iatrogènes induites par... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Thème : Les enfants suivis en soins palliatifs pour des maladies chroniques font face à une multitude de soins, dont ils témoignent que les plus douloureux sont ceux employant une aiguille. L’objectif de cette revue de littérature est d’évaluer les bénéfices de l’utilisation de la distraction par le jeu chez l’enfant dans la prise en charge des douleurs iatrogènes induites par l’utilisation de matériel effractif nécessitant une aiguille. Contenus : La recherche documentaire s’est appuyée sur les bases de données PubMed et CINAHL, ainsi que sur le site de Pediadol. Les mots-clés utilisés ont été : enfant, aiguille, douleur, distraction et jeu : sept articles ont été identifiés et retenus. Ces derniers incluent des enfants de 0 à 19 ans ayant reçu un soin utilisant une aiguille (prise de sang, vaccination, …), et pour lesquels une autoévaluation de la douleur a été mesurée. Discussion : L’utilisation d’une distraction est efficace pour diminuer la douleur ressentie par l’enfant lors de soins effractifs utilisant une aiguille. La distraction par le jeu n’a pas été évaluée de manière spécifique, il faisait partie des distractions proposées. Pour une prise en charge efficace de la douleur chez l’enfant, les infirmiers-infirmières doivent considérer le stade de développement de l’enfant afin d’utiliser un outil d’évaluation de la douleur fiable et proposer une distraction adaptée. Il est primordial d’impliquer activement les enfants et leurs parents dans le processus de soins, et d’évaluer leur anxiété avant le soin afin de trouver ensemble la stratégie optimisant la qualité de vie.