Les discussions à visées philiosophiques : un espace pour développer une capacité d’expression de son opinion personnelle ?

Vallotton, Fanny ; Schmid, Larissa ; Panchout-Dubois, Martine (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute école pédagogique du canton de Vaud, 2015 ; mp6197.

À tout âge et de tout temps, les êtres humains interrogent le monde qui les entoure afin d’essayer de trouver des réponses et un sens à leur existence. L’acte de philosopher n’est donc pas nouveau et peut être accessible à chacun. Pratiquer la philosophie avec des enfants, c’est possible. Cette pratique ne consiste pas à enseigner cette discipline complexe aux élèves mais... More

Add to personal list
    Résumé
    À tout âge et de tout temps, les êtres humains interrogent le monde qui les entoure afin d’essayer de trouver des réponses et un sens à leur existence. L’acte de philosopher n’est donc pas nouveau et peut être accessible à chacun. Pratiquer la philosophie avec des enfants, c’est possible. Cette pratique ne consiste pas à enseigner cette discipline complexe aux élèves mais plutôt à leur permettre de s’exprimer sur des thématiques proches de leur vécu personnel, à partir d’une question qui leur est collectivement soumise. La philosophie pour enfants est encore peu connue et peu pratiquée dans le contexte scolaire. Pourtant, elle semble permettre aux élèves de développer de nombreuses compétences primordiales en société. Dans le cadre de notre mémoire professionnel nous avons mis en place des discussions à visée philosophique, abrégées D.V.P ., ce qui a permis d’offrir aux élèves un espace de parole dans lequel ils pouvaient s’exprimer librement. L’enseignant, par sa position de retrait, a laissé un maximum de place aux élèves. Le but de notre recherche était de pouvoir observer si la pratique de D.V.P. permet effectivement aux enfants de développer une capacité d’expression de leurs opinions personnelles ou non. Pour cela, nous avons mis en place dans deux classes de cycle II des D.V.P. ayant pour support des albums de littérature de jeunesse qui permettaient d’avoir une réflexion sur un thème soulevé par l’ouvrage. Cette démarche a aussi permis de faire entrer la littérature de jeunesse dans la classe, même si nous avons sélectionné nos ouvrages moins pour leur qualité littéraire que pour leur contenu. Lors de cette recherche, les élèves ont été très enthousiastes et ont participé, de manière générale, avec entrain aux discussions proposées. Les élèves ont parlé, échangé et partagé lorsqu’ils en ont eu l’occasion et qu’ils se sont sentis concernés. Des moments riches et agréables ont été vécus.