Représentation des enseignants-e-s face à la consommation de substances des adolescent-e-s de moins de 15 ans

Abbet, Evelyne ; Rihs-Senerchia, Natacha ; Tardif, Eric (Dir.)

Mémoire de master : Haute école pédagogique du canton de Vaud, 2015 ; mp6421.

Les enseignants sont régulièrement confrontés à des mesures de prévention par rapport aux drogues ou à l’alcool dans le cadre de l’école. Ils représentent un acteur central de ce milieu et peuvent donc jouer une partie intégrante de la prévention à l’école. L’école est un lieu particulier où se réunissent la majorité des adolescents de moins de 15 ans. C’est donc un... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Les enseignants sont régulièrement confrontés à des mesures de prévention par rapport aux drogues ou à l’alcool dans le cadre de l’école. Ils représentent un acteur central de ce milieu et peuvent donc jouer une partie intégrante de la prévention à l’école. L’école est un lieu particulier où se réunissent la majorité des adolescents de moins de 15 ans. C’est donc un milieu privilégié pour faire de la prévention. Notre travail est centré sur les représentations des enseignants du canton de Vaud concernant la prévention des abus de substances, plus particulièrement l’alcool et le cannabis. Nous avons testé la tolérance de ces substances en semaine et lors d’une soirée. Premièrement, nous avons observé que même si une tolérance zéro devrait être appliquée envers toutes substances selon les lois, seulement la moitié des enseignants ne tolère pas de consommation de substances. Nous avons deuxièmement mis en avant que les deux substances testées n’étaient pas tolérées de la même manière par les enseignants. En effet, la consommation d’alcool est plus tolérée que celle du cannabis. Troisièmement, nous avons comparé les enseignants n’ayant aucune tolérance par rapport aux enseignants ayant une certaine tolérance et dans un second temps ceux qui ont une tolérance faible et élevée. Nous avons testé si le genre, l’âge et le nombre d’année dans la profession permettaient de différencier les différents groupes. Aucun résultat significatif n’a été trouvé par contre des tendances ont été identifiées. Nos résultats montrent que presque la moitié des enseignants se sentent concernés par la prévention. Nos résultats ayant mis en avant des différences de représentations, cela suggère qu’une participation volontaire et ciblée serait plus adaptée et que les enseignants devraient suivre une formation afin d’acquérir les outils nécessaires pour intervenir de manière adaptées auprès des élèves.