Faculté des lettres et sciences humaines

Les familles à l'aide d'urgence : entre difficultés, ressources et actions

Nimis, Laura ; Achermann, Christin (Dir.)

Mémoire de master : Université de Neuchâtel, 2015.

En 2004, les autorités helvétiques instaurent l’exclusion du domaine de l’asile et de l’aide sociale des personnes dont la demande d’asile a fait l’objet d’une non-entrée en matière. En 2008, la mesure s’étend aux personnes déboutées de l’asile. Afin, de ne pas sombrer dans la misère une aide de survie leur est accordée. Cette aide, nommée « aide d’urgence »,... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    En 2004, les autorités helvétiques instaurent l’exclusion du domaine de l’asile et de l’aide sociale des personnes dont la demande d’asile a fait l’objet d’une non-entrée en matière. En 2008, la mesure s’étend aux personnes déboutées de l’asile. Afin, de ne pas sombrer dans la misère une aide de survie leur est accordée. Cette aide, nommée « aide d’urgence », est très faible et sensée être temporaire. Les personnes concernées étant plongées dans une précarité telle, elles se rendraient compte par elles-mêmes que leur seule option est le départ. Or, le renvoi n’est pas toujours possible, les refusés de l’asile s’y opposant, ne disposant pas de documents d’identité ou provenant de pays avec lesquels aucun accord de réadmission n’a été signé. Dans le cadre de cette recherche, je m’intéresse aux conditions de vie des familles NEM et déboutées de l’asile percevant l’aide d’urgence à Genève. A travers l’observation de familles résidentes d’un foyer pour requérants d’asile et la réalisation d’entretiens, je tente de comprendre leur quotidien. Plus précisément, je cherche à identifier les contraintes auxquelles elles doivent faire face mais également quels moyens elles mettent en oeuvre pour les contourner et ainsi récupérer une part de leur autonomie. L’analyse montrera que malgré un bon nombre de difficultés, ces familles disposent de plusieurs ressources et moyens pour soulager ou influer sur leur quotidien.