Emotions et réactions d'élèves face à différents types de violence à l'école

Fontimpe, Anastasia ; Frattino, Isabelle ; Doudin, Pierre-André (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute école pédagogique du canton de Vaud, 2015 ; mp6233.

Ce travail de mémoire s’intéresse aux différentes émotions que les élèves agressés peuvent ressentir et manifester face à différents types de violences. Nous nous penchons également sur la régulation des émotions et sur l’impact que peut avoir le genre de l’agresseur sur une victime. Dans un second temps, nous traitons des réactions que peuvent exprimer les élèves suite à un... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Ce travail de mémoire s’intéresse aux différentes émotions que les élèves agressés peuvent ressentir et manifester face à différents types de violences. Nous nous penchons également sur la régulation des émotions et sur l’impact que peut avoir le genre de l’agresseur sur une victime. Dans un second temps, nous traitons des réactions que peuvent exprimer les élèves suite à un acte de violence. Pour cette recherche, nous avons confectionné des questionnaires au moyen de cas fictifs portant sur trois types de violences différentes : violence physique directe de délinquance, violence verbale directe de délinquance et violence physique directe d’attitude. La moitié des questionnaires traitait d’une agression faite par un garçon et l’autre moitié par une fille. La population concernée était des élèves de 5ème HarmoS. Dans ces questionnaires, les élèves ont été amenés à choisir les émotions qu’ils ressentiraient et manifesteraient face à une agression. Ils ont également dû choisir parmi une liste de réactions, celle(s) qu’ils montreraient à leur agresseur. Pour finir, ils ont dû à nouveau sélectionner la ou les émotion(s) qu’ils ressentiraient. Pour analyser nos questionnaires, nous les avons triés en fonction du genre de l’agressé. Ensuite, nous avons calculé la fréquence des émotions et des réactions face à chacune des trois situations. Nous avons décidé de comparer les résultats des émotions (un tableau) et des réactions (un autre tableau). Nous avons ensuite traité les différentes données, afin de savoir si l’émotion serait dépendante du genre de l’agresseur et du genre de l’agressé. Finalement, nous avons comparé les différents moments où les émotions apparaissaient afin de constater si une régulation se faisait. Notre recherche portant sur un nombre restreint de sujets, nous ne pouvons en aucun cas mener à une généralisation de l’analyse de nos données. Cependant, les pistes d’action proposées peuvent être utiles pour l’amélioration de la qualité de l’enseignement, surtout face à des situations de violence.