Faculté des lettres et sciences humaines

Identités, représentations, inégalités et projets communs des élus neuchâtelois. Quelques éléments pour une cohésion cantonale

Jacot, Sabine ; Cecchini, Amaranta ; Hainard, François

(Rapports de recherche du séminaire d’introduction à la recherche quantitative)

Rapport de recherche sur le rôle des représentations que se font les élus politiques neuchâtelois du potentiel clivage « Haut et Bas » dans la cohésion cantonale. 504 élus législatifs et exécutifs aux échelons cantonaux et communaux ont rempli un questionnaire élaboré par les étudiants de 3ème année Bachelor en sociologie. Si certains élus soulignent des idées et des sentiments... More

Add to personal list
    Résumé
    Rapport de recherche sur le rôle des représentations que se font les élus politiques neuchâtelois du potentiel clivage « Haut et Bas » dans la cohésion cantonale. 504 élus législatifs et exécutifs aux échelons cantonaux et communaux ont rempli un questionnaire élaboré par les étudiants de 3ème année Bachelor en sociologie. Si certains élus soulignent des idées et des sentiments que l’on pouvait supputer (mais qu’il est toujours important de voir être statistiquement confirmés), d’autres informent sur des tendances et des attitudes parfois inattendues (nette préférence pour sa commune que pour son canton, absence de véritables stéréotypes entre habitants des régions, ouverture souhaitée vers la France et d’autres cantons, rôle de l’éducation dans la (dé)construction des clivages cantonaux,…). Mais les enjeux capitaux restent bien les questions liées à la mobilité/transport et l’implantation des infrastructures sanitaires. Mentionnons tout de même combien, selon la région d’appartenance, les myopies et les surdités peuvent être sélectives à l’égard de certains problèmes ou enjeux. A noter que le clivage « haut » ‐ « bas » s’articule désormais plutôt sur une diagonale « Littoral – Val‐de‐Ruz » et « Montagnes neuchâteloises – Val‐de‐Travers ». Un élément important est unanimement partagé par tous : la mauvaise image du canton à l’extérieur est considérée être de la responsabilité de chacun ! Et si l’échec de la votation sur l’objet du RER‐TransRUN laisse des traces et entretient certainement les dissonances, il est encourageant de constater que deux‐tiers des élus (69%) sont d’autant plus déterminés à faire avancer des projets cantonaux communs, tels que le RUN.