"Ma classe de développement, elle est comme les autres classes sauf que..." : comment des élèves de classes de développement expliquent et vivent leur orientation

Trachsel, Jeanne ; Tièche Christinat, Chantal (Dir.)

Mémoire de master : Haute école pédagogique du canton de Vaud, 2014 ; mp5701.

Le mémoire se concentre sur ce que vivent des élèves orientés dans des classes de développement. Ces classes constituent l’une des mesures de ce que l’on appelle, dans le canton de Vaud, la pédagogie compensatoire. La nouvelle loi sur l’enseignement obligatoire (entrée en vigueur en août 2013) encourage la diminution et la suppression de ces classes séparatives, mais elles existent... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Le mémoire se concentre sur ce que vivent des élèves orientés dans des classes de développement. Ces classes constituent l’une des mesures de ce que l’on appelle, dans le canton de Vaud, la pédagogie compensatoire. La nouvelle loi sur l’enseignement obligatoire (entrée en vigueur en août 2013) encourage la diminution et la suppression de ces classes séparatives, mais elles existent encore dans de nombreux établissements vaudois. L’approche exploratoire du travail se base sur trois focus groupes réalisés dans trois classes de développement, lors desquels les élèves ont pu expliquer la manière dont ils concevaient leur classe et comment ils vivaient leur orientation au sein de celle-ci. Ce sont leurs propos qui sont dégagés et mis en perspective avec différentes théories présentes dans le débat autour de l’intégration et de l’exclusion des écoliers. Les arguments en faveur d’une intégration à tout prix sont nombreux et font appel à divers facteurs; l’étiquetage, l’estime de soi ou la motivation. Il est intéressant de constater que ces paramètres sont présents dans le discours des élèves, souvent d’une autre manière que dans la théorie. Les conséquences négatives de la séparation sont multiples d’après la théorie, et parfois les enfants en sont conscients. Malgré tout, ils concèdent aussi que le soutien dont ils bénéficient est nécessaire et profitable. Au final, laisser la parole à des écoliers « aux besoins particuliers », c’est encore une fois relever la complexité des questions que pose l’éducation dans son ensemble et plus particulièrement, celles liées aux différentes formes de pédagogie compensatoire.