L'enseignement des agrès par les enseignants généraliste du degré primaire (1-6 P)

Barloggio, Lara ; Melly, Alain (Dir.)

Mémoire de master : Haute école pédagogique du canton de Vaud, 2014 ; mp5418.

Dans le cadre de l’éducation physique, l’enfant est souvent attiré par les grands engins qui lui donnent envie de bouger. Les agrès se prêtent bien pour faire vivre à l’enfant des situations inhabituelles qui lui permettent d’exercer l’équilibre, la grimpe, les rotations, les balancements, les sauts, etc. Ces expériences lui sont indispensables pour qu’il puisse bien... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Dans le cadre de l’éducation physique, l’enfant est souvent attiré par les grands engins qui lui donnent envie de bouger. Les agrès se prêtent bien pour faire vivre à l’enfant des situations inhabituelles qui lui permettent d’exercer l’équilibre, la grimpe, les rotations, les balancements, les sauts, etc. Ces expériences lui sont indispensables pour qu’il puisse bien développer sa motricité et pour lui permettre d’apprendre à évaluer les dangers et à gérer les risques. En outre, les activités aux agrès permettent de développer la coopération et l’entraide. De ce fait, les situations que l’enfant peut expérimenter aux agrès contribuent à son développement physique, social et mental. Cependant, les agrès représentent une discipline particulièrement technique qui requiert une certaine connaissance du matériel et des exercices afin qu’il soit possible d’organiser une activité se déroulant en sécurité. Pour cette raison, la discipline des agrès est parfois mise à l’écart lors des cours d’EPS scolaire. Le but de ce mémoire professionnel est d’étudier la place qu’accordent les maîtres généralistes aux agrès lors des leçons d’EPS. Pour cela, les enseignants d’un établissement primaire lausannois ont été sollicités pour participer à cette étude en répondant à un questionnaire anonyme. Outre le taux d’enseignement des agrès, ce travail vise à comprendre quelles sont les familles de mouvements les plus enseignées et quels sont les engins les plus employés. Enfin, cette étude cherche à identifier quels sont les facteurs qui freinent l’enseignement de cette discipline. Les résultats obtenus révèlent qu’environ la moitié des maîtres généralistes consacrent suffisamment de temps à l’enseignement des agrès. Les familles de mouvement les plus exercées sont la grimpe et les balancements, celles les moins entraînées sont les sauts en profondeur et les appuis sur les bras. Le facteur principal limitant l’enseignement des agrès est le manque de temps lors des leçons d’EPS. Une piste possible pour essayer d’augmenter le temps d’enseignement des agrès ainsi que la fréquence d’enseignement des familles de mouvements les moins exercées, pourrait être l’amélioration de la collaboration entre les collègues du même collège.