Une présence animale en classe : une forme différente de socialisation pour nos élèves

Dougoud, Manon ; Lucena, Ana-Vanêssa (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute école pédagogique BEJUNE, 2015.

Cette recherche étudie les divers apports pour les enfants-élèves d’une présence animale en classe sur le long terme. Selon la littérature, les relations Homme-animal sont bénéfiques à notre santé. En effet, ces membres du règne animal nous tranquillisent, nous rassurent et augmentent notre confiance en soi. Dans le milieu scolaire, ils peuvent être intégrés à l’ensemble des... More

Add to personal list
    Résumé
    Cette recherche étudie les divers apports pour les enfants-élèves d’une présence animale en classe sur le long terme. Selon la littérature, les relations Homme-animal sont bénéfiques à notre santé. En effet, ces membres du règne animal nous tranquillisent, nous rassurent et augmentent notre confiance en soi. Dans le milieu scolaire, ils peuvent être intégrés à l’ensemble des apprentissages. De plus, ils responsabilisent les enfants-élèves et leur apportent une aide dans leur développement ainsi que dans leurs relations sociales. Au travers de ce travail, je cherche à savoir si la présence d’un animal dans une salle classe peut être considérée comme une forme différente de socialisation pour les élèves. Pour y parvenir, j’ai effectué quatre séances de 45 minutes dans chacune des deux classes de développement que j’ai choisi d’analyser dans ce mémoire. Ces classes proviennent toutes deux du haut du canton de Neuchâtel et sont relativement semblables. Cependant, elles se différencient par la présence ou l’absence d’un animal parmi les élèves. Au cours de ces sessions, j’ai complété plusieurs grilles d’observation contenant divers items, tels que le niveau sonore, l’attitude des enfants-élèves vis-à-vis du travail scolaire et le nombre d’intervention de l’enseignante afin de réprimander un comportement jugé inadéquat. Mon analyse s’est ensuite appuyée sur la comparaison de ces deux classes. Suite à cela, un retour à mon cadre théorique m’a permis de prendre position quant à la décision d’accueillir ou de ne pas accueillir un animal parmi mes futurs élèves.