Faculté des sciences économiques et sociales

A knowledge extraction framework for crime analysis : unsupervised methods in uncertain environments

Albertetti, Fabrizio ; Stoffel, Kilian (Dir.)

Thèse de doctorat : Université de Neuchâtel, 2015 ; 2514.

This doctoral thesis investigates the role of knowledge extraction methods in the analysis of crime as an interdisciplinary project, with a focus on unsupervised methods dealing with the uncertain aspects that are intrinsic to the crime environment. In a context where data generated from criminal activities are increasingly available due to the evolution of technology, the use of... More

Add to personal list
    Résumé
    Cette thèse de doctorat investigue le rôle des méthodes d'extraction de connaissances dans l'analyse criminelle en tant que projet interdisciplinaire, avec une orientation sur les méthodes non supervisées traitant les aspects d'incertitude qui sont intrinsèques à l'environnement du crime.
    Dans un contexte où les données générées par les activités criminelles sont de plus en plus disponibles grâce à l'évolution des technologies, l'utilisation de méthodes automatisées pour créer de la valeur à partir de ces données devient une nécessité. Ces méthodes d'analyse requièrent une conception spécifique selon la nature des données qu'elles traitent, principalement collectées à partir de scènes de crimes. Les analystes criminels ont désespérément besoin de telles méthodes pour être mieux informés et efficients dans la lutte perpétuelle contre le crime. Cependant, leurs choix en termes d’étendue et de disponibilité sont très limités.
    Un framework qui délimite et explique le rôle des méthodes d’extraction de connaissance pour l’analyse criminelle est proposé. Ce framework adresse un défi particulier : développer des méthodes de data mining non supervisées qui permettent de traiter l’incertitude des données criminelles.
    Trois approches sont développées pour confronter ce défi. (1) Comment structurer et représenter des données criminelles pour exploiter pleinement leur potentiel à révéler des connaissances par la conduite d’autres analyses ? (2) Quelle est la méthode appropriée d’analyse de liens entre les crimes qui prenne en compte des données à la fois quantitatives et qualitatives ? Et (3) quelle est la méthode appropriée pour aider les analystes criminels à détecter des changements dans des tendances criminelles d’une manière flexible et compréhensible ?
    L’importance de cette recherche interdisciplinaire peut être résumée en deux points : elle clarifie et délimite le rôle du data mining dans l’analyse criminelle, en fournissant une perspective sur son applicabilité dans cet environnement particulier ; et elle facilite l’extraction de connaissances par l’utilisation des méthodes proposée guidées par le métier.
    Summary
    This doctoral thesis investigates the role of knowledge extraction methods in the analysis of crime as an interdisciplinary project, with a focus on unsupervised methods dealing with the uncertain aspects that are intrinsic to the crime environment.
    In a context where data generated from criminal activities are increasingly available due to the evolution of technology, the use of automated methods to create value from these data becomes a necessity. These analytic methods require a specific design with regard to the nature of the data they deal with, mostly gathered from crime scenes. Crime analysts desperately need such methods to be better informed and efficient in the perpetual struggle against crime. However, their choices in terms of range and availability are very limited.
    A framework delineating and explaining the role of knowledge extraction methods for crime analysis is provided. This framework addresses a particular challenge: developing unsupervised data mining methods dealing with the uncertainty of crime data.
    Three approaches are developed to confront this challenge. (1) How to structure and represent crime data to fully exploit the potential of revealing knowledge with further analyses? (2) What is the appropriate method to analyze links between crimes that can deal with both qualitative and quantitative crime data? And (3) what is the appropriate method to help crime analysts to flexibly and understandably detect changes in crime trends?
    The significance of this interdisciplinary research can be summarized in two points: it clarifies and delineates the role of data mining in crime analysis, by giving some insights into its applicability in this particular environment; and it makes easier the extraction of knowledge by the use of the proposed domain-driven methods.