La différenciation dans les sports de combat en éducation physique

Hausammann, Adrien ; Melly, Alain (Dir.)

Mémoire de Master Advanced Studies (MAS) : Haute école pédagogique du canton de Vaud, 2013 ; mp5681.

« Il n’ y a pas deux apprenants qui progressent à la même vitesse » « Il n’ y a pas deux apprenants qui soient prêts à apprendre en même temps » « Il n’ y a pas deux apprenants qui utilisent les mêmes techniques d’étude » « Il n’ y a pas deux apprenants qui résolvent les problèmes exactement de la même manière » « Il n’ y a pas deux apprenants qui possèdent le... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    « Il n’ y a pas deux apprenants qui progressent à la même vitesse » « Il n’ y a pas deux apprenants qui soient prêts à apprendre en même temps » « Il n’ y a pas deux apprenants qui utilisent les mêmes techniques d’étude » « Il n’ y a pas deux apprenants qui résolvent les problèmes exactement de la même manière » « Il n’ y a pas deux apprenants qui possèdent le même répertoire de comportements » « Il n’ y a pas deux apprenants qui possèdent le même profil d’intérêt » « Il n’ y a pas deux apprenants motivés pour atteindre les mêmes buts » (Postulats de Burns, 1971, in Alexandre, 2010, p. 63) Emis par Burns en 1701, ces sept postulats reflètent l’hétérogénéité chronique qui règne au sein des élèves. Dans le courant des années 1970, de nombreuses questions sont soulevées dans le monde de l’enseignement suite à la prise de conscience du rôle, mais aussi et surtout des causes de l’échec scolaire. Une tendance à l’enseignement frontal et généralisé est alors pointée comme source de l’échec scolaire et de reproduction sociale, favorisant des élèves possédant les codes de l’école, mais aussi ayant un profil d’apprentissage en accord avec les méthodes utilisées. La pédagogie différenciée s’impose alors comme une réponse à ces constatations. Elle se définit comme un « principe pédagogique basé sur l’atteinte d’objectifs communs et sur le respect des trajectoires individuelles d’apprentissage ». (Delignières et Duret, 1991, p.113). Ce travail traite la différenciation dans le contexte des sports de combat en éducation physique, plus précisément dans le cadre de l’enseignement secondaire II. Cette pratique de confrontation un contre un permet de travailler bon nombre d’objectifs du plan d’études ; notamment les aspects de confiance en soi, de gestion de la rivalité, de respect et de dépassement de soi. En s’appuyant tant sur les théories générales de pédagogie différenciée que sur des ouvrages ciblés sur l’éducation physique, ce travail se base sur l’observation de leçons de sports de combat afin de cibler les difficultés rencontrées de manière chronique par les élèves. Une analyse de ceux-ci débouche sur une proposition didactique prenant en compte des éléments de différenciation pour y remédier. Cette dernière se fonde sur un schéma proposé par Philippe Meirieu, que lui-même qualifie de véritable « moteur pédagogique à quatre temps ».