Apports de la pédagogie coopérative à l'intégration de deux élèves sourdes dans l'école vaudoise

Cicoira, Sarah ; Jacob, Agnès (Dir.)

Mémoire de master spécialisé : Haute école pédagogique du canton de Vaud, 2013 ; mp0706.

Mon mémoire s'inscrit dans une démarche d'analyse des interactions d'élèves sourds intégrés à l'école ordinaire. Plus spécifiquement, les situations analysées sont celles de deux élèves sourdes profondes participants avec des élèves entendants à des travaux de groupe. Les dispositifs de travaux de groupe sont conçus à partir des structures de la pédagogie coopérative alliant un... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Mon mémoire s'inscrit dans une démarche d'analyse des interactions d'élèves sourds intégrés à l'école ordinaire. Plus spécifiquement, les situations analysées sont celles de deux élèves sourdes profondes participants avec des élèves entendants à des travaux de groupe. Les dispositifs de travaux de groupe sont conçus à partir des structures de la pédagogie coopérative alliant un travail disciplinaire (maths ou géo) avec un enseignement des valeurs (entraide, écoute). Globalement, dans mon mémoire, je m’attache premièrement à construire des situations pédagogiques autour de travaux de groupe en classe en collaboration avec l’enseignant ordinaire, afin d’éviter ce qui se déroule généralement c’est-à-dire que les élèves sourds soient passifs lors de travaux de groupe et ne bénéficient pas des idées, arguments des autres. Deuxièmement, je m’attache à expérimenter et à filmer le déroulement de ces situations et troisièmement à autoconfronter les élèves aux traces vidéo. Le choix des entretiens d’autoconfrontation pour récolter du matériel est issu d’un présupposer important : la parole de celui qui réalise l’action, de celui qui est au cœur de l’action est tout aussi valable, même plus, que celui d’un chercheur surplombant la situation de son regard externe. Par ce dispositif, je cherche spécifiquement à interroger l’efficacité du travail de groupe pour des élèves sourdes en situation d’intégration en partant des hypothèses que les élèves sourdes seraient moins passives et auraient davantage l’occasion de communiquer, d’émettre des idées, d’argumenter grâce à l’enseignement de certaines valeurs et aux structures de la pédagogie coopérative. De plus, l’utilisation de la pédagogie coopérative dans les travaux de groupe pourrait favoriser les apprentissages non seulement des élèves sourdes, mais également celui des autres élèves.