Quelles recommandations donner à un enseignant pour l'aider à gérer la relation avec ses élèves dans le cadre d'une utilisation privée de Facebook tout en restant en accord avec l'éthique de la profession ?

Richard Fleischer, Line ; Vega, Chantal ; Fantoli, Christian (Dir.)

Mémoire de master : Haute école pédagogique du canton de Vaud, 2010 ; MP0137.

En discutant avec nos collègues, à la suite d’une demande d’amitié sur Facebook de la part d’un élève, nous avons pris conscience du malaise ressenti par ceux qui comme nous avaient été sollicités. Il s’agit en effet d’une relation en dehors du cadre scolaire, ce n’est donc pas une relation pédagogique pour laquelle nous avons été formées. En outre, accepter une telle... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    En discutant avec nos collègues, à la suite d’une demande d’amitié sur Facebook de la part d’un élève, nous avons pris conscience du malaise ressenti par ceux qui comme nous avaient été sollicités. Il s’agit en effet d’une relation en dehors du cadre scolaire, ce n’est donc pas une relation pédagogique pour laquelle nous avons été formées. En outre, accepter une telle requête pose des problèmes de protection de la vie privée et surtout touche à l’éthique professionnelle. Nous avons donc choisi ce sujet de mémoire professionnel, afin de tenter de répondre à la question : « Quelles recommandations donner à un enseignant pour l’aider à gérer la relation avec ses élèves dans le cadre d’une utilisation privée de Facebook, tout en restant en accord avec l’éthique de la profession ? » Afin de mieux cerner l’étendue de cette problématique, nous avons sollicité nos collègues par le biais d’un questionnaire. 211 questionnaires ont été distribués et 103 nous ont été retournés complétés. L’analyse de ces derniers nous a permis d’établir que 35% des enseignants de nos deux collèges étaient inscrits sur Facebook et que parmi ceux-ci 58% ont reçu une demande d’amitié sur Facebook de la part d’un élève actuel ou d’un ancien élève. 48% des enseignants acceptent une requête de la part d’un ancien élève alors que ce chiffre se réduit à 14% quand la demande émane d’un élève actuel. Nous avons aussi pu établir qu’il y avait une véritable ambigüité dans la relation professeur/élève sur Facebook. En effet par le biais de cette amitié la demande émane d’un élève actuel. Nous avons aussi pu établir qu’il y avait une véritable ambigüité dans la relation professeur/élève sur Facebook. En effet par le biais de cette amitié virtuelle les enseignants souhaiteraient avoir une relation privilégiée et mieux connaître l’élève. Cependant, ils souhaitent aussi en majorité préserver leur sphère privée et ne pas mélanger leur vie privée et professionnelle. L’étude des remarques de nos collègues, mais également de l’outil Facebook nous permet d’affirmer qu’il est possible de concilier relation avec un élève sur Facebook et préservation de la vie privée. Nous proposons quelques solutions par exemple la création d’un compte particulier pour les élèves, ou encore de paramétrer un accès restreint au sein de son profil Facebook qui sera réservé aux élèves. Des recommandations « officielles » émanant de la DGEO et la mise en place de formations continues pour les enseignants permettraient une cohérence des comportements face à ce nouvel outil de communication.