Littérature de jeunesse et ouverture à l'autre : des mots pour dire la différence

Widmer, Julie ; Demaurex, Madeline (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute école pédagogique du canton de Vaud, 2010 ; MP0113.

Dans toutes les classes, la différence est présente. L’homogénéité est un mythe. Certains élèves vivent mal leur différence et le regard des autres sur celle-ci. Il est important de montrer aux enfants que la différence n’est pas forcément un fardeau mais qu’elle peut être une richesse. Les enfants n’ont pas toujours de mots pour parler de la différence et peuvent parfois ... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Dans toutes les classes, la différence est présente. L’homogénéité est un mythe. Certains élèves vivent mal leur différence et le regard des autres sur celle-ci. Il est important de montrer aux enfants que la différence n’est pas forcément un fardeau mais qu’elle peut être une richesse. Les enfants n’ont pas toujours de mots pour parler de la différence et peuvent parfois se retrouver démunis face à quelqu’un de différent. Mon mémoire professionnel traite le sujet de la différence. Différence physique, différence de rythme d’apprentissage, différence de milieu social. Pour aborder ce thème avec les élèves, j’ai choisi d’utiliser des albums de jeunesse. J’ai mené des activités autour de différents albums: Quatre petits coins de rien du tout, Le loup vert, Le vilain petit canard, Alice sourit, Rose bombonne, Elmer. La littérature de jeunesse fait partie intégrante de la classe. Elle est un moyen intéressant pour donner le goût de lire aux élèves mais également pour traiter des thèmes difficiles. Les albums de jeunesse, par leur ancrage dans l’imaginaire permettent à l’élève de découvrir une histoire dans laquelle se pose un problème, qui lui est peut-être familier, sans trop l’impliquer. Par les activités menées en stage et les informations issues des entretiens conduits avant et après les activités, mon travail amène des éléments de réponse à ma question de recherche qui est la suivante : Dans quelle mesure des activités autour d’albums de jeunesse traitant le thème de la différence peuvent-elles avoir un impact sur l’évolution du lexique concernant ce thème ?