Faculté des sciences économiques et sociales

Superior incompetence : the impact of task and interpersonal incompetence on the subordinate's perceptions and behaviors, and on leadership effectiveness

Darioly, Annick ; Schmid Mast, Marianne (Dir.)

Thèse de doctorat : Université de Neuchâtel, 2011 ; 2208.

Ma thèse de doctorat touche le domaine de la psychologie du travail et des organisations. Elle se concentre sur la perception que les subordonnés ont de la compétence et de l’incompétence des supérieurs. Beaucoup d’organisations accordent une grande confiance aux supérieurs pour mener l’entier de l’organisation vers le succès. Cependant, les supérieurs ne sont pas toujours... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Ma thèse de doctorat touche le domaine de la psychologie du travail et des organisations. Elle se concentre sur la perception que les subordonnés ont de la compétence et de l’incompétence des supérieurs. Beaucoup d’organisations accordent une grande confiance aux supérieurs pour mener l’entier de l’organisation vers le succès. Cependant, les supérieurs ne sont pas toujours compétents. Ils peuvent être perçus comme incompétents par leurs subordonnés. Cette incompétence a des effets négatifs mais également positifs sur les subordonnés. Le but principal de ma thèse était d’étudier la perception des subordonnés, leurs comportements face à un supérieur incompétent, et les possibles conséquences de cette incompétence (baisse de la satisfaction des subordonnés, de la performance). Je me suis focalisée sur deux principaux types de compétence : la compétence dans la tâche qui est la capacité du supérieur à résoudre un problème lié à la tâche du subordonné (Darioly & Schmid Mast, 2011) et la compétence interpersonnelle qui est la capacité du supérieur à communiquer clairement et efficacement, à se mettre à la place des autres, et à se focaliser sur les attentes des autres (Hogan & Warrenfeltz, 2003). La compétence interpersonnelle comprend la sensibilité interpersonnelle et les aptitudes communicationnelles. Afin d’étudier ces sujets, j’ai mené 5 études en laboratoires (3 articles) simulant principalement des interactions entre supérieur et subordonné travaillant sur une tâche de résolution de problème.
    Le but de l’Article 1 (2 études) était d’explorer la perception et les comportements des subordonnés interagissant avec un supérieur incompétent dans la tâche (tâche de survie). Les résultats ont révélé que le subordonné d’un supérieur incompétent dans la tâche prenait partiellement le rôle du supérieur en se comportant de manière dominante et en résistant à l’influence du supérieur. De plus, la perception que le subordonné avait de la dominance du supérieur médiatisait la relation entre la compétence dans la tâche du supérieur et la dominance comportementale du subordonné, ainsi que sa résistance.
    Le premier but de l’Article 2 était de tester l’hypothèse que les individus s’attendaient à ce que la sensibilité interpersonnelle soit une caractéristique du supérieur (Etude 1). Les résultats l’ont confirmé. Le second but était d’étudier comment la sensibilité interpersonnelle du supérieur affectait la satisfaction du subordonné (Etude 2). Les résultats ont montré que la sensibilité interpersonnelle du supérieur était positivement liée à la satisfaction du subordonné.
    Le but de l’Article 3 était triple: étudier comment la compétence/l’incompétence dans la tâche du supérieur affectait la performance dyadique, examiner l’impact de l’entraînement en communication du supérieur et du subordonné sur la performance dyadique et examiner si cet entraînement permettait une amélioration de la performance dyadique lorsque la dyade supérieur-subordonné était compétente ou incompétente dans la tâche. Les résultats ont confirmé l’impact négatif de l’incompétence dans la tâche du supérieur sur la performance dyadique, ils ont également montré que l’entraînement en communication améliorait la performance dyadique, et finalement ils indiquaient qu’une dyade gérée par un supérieur incompétent dans la tâche collaborant avec un subordonné compétent dans la tâche était plus efficace quand la dyade avait suivi l’entraînement en communication.
    Les implications théoriques, ainsi que de futures orientations de recherche sont discutées. Finalement les principales implications pratiques et des conseils pratiques sont suggérés.