Intégrer des élèves à troubles du comportement : le cas de deux classes du CYT

Fleury, Aurore ; Gfeller, César ; Amiguet, Mauro (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute école pédagogique Lausanne, 2010 ; MP0088.

Notre question de recherche est la suivante : quels écarts est-il possible de mettre en évidence entre le travail réel et le travail prescrit dans deux classes régulières du CYT concernant les élèves à troubles du comportement ? L’hypothèse que nous avons formulée était que les enseignants sont peu au courant des prescriptions et prennent les mesures qu’ils jugent les plus... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Notre question de recherche est la suivante : quels écarts est-il possible de mettre en évidence entre le travail réel et le travail prescrit dans deux classes régulières du CYT concernant les élèves à troubles du comportement ? L’hypothèse que nous avons formulée était que les enseignants sont peu au courant des prescriptions et prennent les mesures qu’ils jugent les plus efficaces pour le bien-être de l’enfant, mais surtout pour le bon fonctionnement de la classe, tout en regrettant de ne pas avoir plus d’outils ou de ressources pour faire face à ce genre de situation. Nous avons élaboré un cadre théorique qui abordait les thématiques suivantes : l’intégration, les troubles du comportement, les écarts entre le travail prescrit et le travail réel et les prescriptions concernant les élèves à troubles du comportement. Notre méthode de recherche a été de faire des entretiens avec un enseignant spécialisé, un membre de la direction et deux enseignants dans deux collèges différents, soit un corpus de huit entretiens au final que nous avons analysés en regard du cadre théorique. Les écarts entre le travail prescrit et réel découlent principalement du fait que les prescriptions ne sont pas adaptées aux besoins des élèves à troubles du comportement. De plus, nous avons relevé que lorsque les enseignants connaissaient et pouvaient décrire les manifestations du trouble dont souffrait l’élève, ils proposaient des pistes qui leur semblaient plus efficaces. Bien qu’ils soient globalement favorables à l’intégration, ils craignent qu’il y ait trop d’élèves en difficultés dans une classe et regrettent un manque de temps et de moyens, principalement un manque d’intervenants externes. Cette thématique s’insère dans notre parcours professionnel, car nous aurons très certainement des élèves à troubles du comportement dans nos futures classes. Ce mémoire nous a permis de nous préparer à mieux intégrer ces enfants.