Représentations et positionnement des enseignants quant aux enfants à haut potentiel intellectuel

Abdessemed, Malika ; Fischbach, Justine ; Ramel, Serge (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute école pédagogique Lausanne, 2010 ; MP0089.

Haut potentiel intellectuel, surdoué, quotient intellectuel sont des termes de plus en plus fréquents au sein du système scolaire suisse. En effet, depuis quelques années, la problématique de la surdouance est plus facilement évoquée qu’auparavant et pour cause quand on sait que 2 à 5 % des élèves sont reconnus comme étant à haut potentiel intellectuel. Un enseignant a donc une... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Haut potentiel intellectuel, surdoué, quotient intellectuel sont des termes de plus en plus fréquents au sein du système scolaire suisse. En effet, depuis quelques années, la problématique de la surdouance est plus facilement évoquée qu’auparavant et pour cause quand on sait que 2 à 5 % des élèves sont reconnus comme étant à haut potentiel intellectuel. Un enseignant a donc une forte probabilité de côtoyer, un jour, un élève présentant cette caractéristique. Mais de quoi parle-t-on réellement lorsqu’on évoque la surdouance ? Quelles sont les particularités que peuvent présenter des élèves à haut potentiel intellectuel ? Y a-t-il des dispositifs pour ces derniers à l’école ? Si oui, lesquels ? Cet échantillon de questions est nécessaire pour avoir un aperçu de ce qu’est la surdouance dans le but de connaître les représentations et le positionnement des enseignants quant aux enfants à haut potentiel intellectuel et aux différents dispositifs pouvant être mis en place. Pour répondre à cette interrogation, nous avons mené, au travers d’un questionnaire, une enquête auprès de deux établissements du canton de Vaud. Dans un premier temps, nous souhaitions comparer les dires des enseignant(e)s avec le discours relaté par des spécialistes dans le domaine tels que Terrassier (1999), Adda (1999) ou encore Siaud-Facchin (2002). Dans un deuxième temps, nous voulions savoir si le fait de posséder une structure spéciale pour ces enfants dans un établissement influence les réponses des enseignant(e)s. C’est pourquoi nous avons comparé les données d’un établissement disposant d’une structure spéciale, soit les classes du mercredi avec un qui n’en a aucune.