Histoire et iconographie : un dispositif d'évaluation diagnostique à visée formative au secondaire I

Kuentz, Xavier ; Nidegger, Jean-Blaise ; Kaufmann, Lyonel (Dir.) ; Roduit, Guillaume (Codir.)

Mémoire de master : Haute école pédagogique Lausanne, 2010 ; MP0061.

L’image joue un rôle de plus en plus important dans notre société actuelle : une société surmédiatisée. Dans les cours d’histoire, elle est passée d’un simple outil d’illustration à un véritable objet d’analyse. Tout en s’inscrivant dans le projet de didactique de l’histoire. Utilisation de l’image en classe d’histoire, notre mémoire vise à quantifier un... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    L’image joue un rôle de plus en plus important dans notre société actuelle : une société surmédiatisée. Dans les cours d’histoire, elle est passée d’un simple outil d’illustration à un véritable objet d’analyse. Tout en s’inscrivant dans le projet de didactique de l’histoire. Utilisation de l’image en classe d’histoire, notre mémoire vise à quantifier un apprentissage au moyen de l'analyse de documents iconographiques. Nous sommes partis de l'hypothèse qu'un cours d'histoire permettait une analyse plus exhaustive d'un document iconographique. En demandant aux élèves d'analyser des documents inconnus en début et en fin de séquence, nous avons cherché à évaluer et à quantifier leur progression. Pour ce faire, un corpus de douze images a été élaboré afin de tester notre séquence d’enseignement dans différents types de classe du secondaire I (en 9VSG et en 9VSO). Les images proviennent de publicités de trois périodes différentes : fin XIXe – début XXe, Entre-deux-Guerres et période postcoloniale. En début de séquence, ce dispositif nous permettait de faire le point sur leurs savoirs, tandis qu'en fin de séquence, nous avons vérifié l'acquisition des contenus et les élèves purent prendre conscience de l'accroissement de leur champ notionnel. Si ce dispositif a (bien évidemment ?) confirmé notre hypothèse de départ, il n'en est pas pour autant dénué d'intérêt. En effet, nous avons tous deux adopté des approches quelque peu différentes et celles-ci semblent indiquer des pistes pour l'optimisation d'un enseignement historique articulé autour de l'analyse iconographique. En tout état de cause, et compte tenu de l'amélioration patente des productions des élèves, nous sommes convaincus que l'analyse de l'image reste un outil incontournable pour tout enseignant souhaitant ancrer son enseignement et développer les capacités d'abstraction des élèves, celles-ci étant notamment mobilisées dans la phase terminale de notre dispositif.