Etre frère ou sœur d’une personne déficiente intellectuelle : que retenir des expériences relatées ?

Ansen Zeder, Elisabeth

In: Revue suisse de pédagogie spécialisée, 2011, vol. 1, p. 26-33

A la lumière des connaissances actuelles et des résultats obtenus dans notre thèse, il semble indéniable que l’existence, au sein d’une fratrie, d’un frère ou d’une soeur en situation de handicap déstabilise la vie de celle-ci. Les fratries constituent encore un champ d’étude à explorer. Dans notre recherche, un modèle de résilience a été utilisé comme outil d’analyse des... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    A la lumière des connaissances actuelles et des résultats obtenus dans notre thèse, il semble indéniable que l’existence, au sein d’une fratrie, d’un frère ou d’une soeur en situation de handicap déstabilise la vie de celle-ci. Les fratries constituent encore un champ d’étude à explorer. Dans notre recherche, un modèle de résilience a été utilisé comme outil d’analyse des entretiens conversationnels, menés avec des frères et soeurs d’un enfant en situation de handicap. Il a été constaté que la présence du handicap était perçue comme une souffrance par la quasi-totalité des participant-e-s à la recherche. L’article aborde également l’importance de la prise en compte de l’ensemble des stress et de leurs conséquences dans l’expérience vécue du frère ou de la soeur d’une personne en situation de handicap mental. Il met en évidence deux groupes de personnes, identifiés par le biais des entretiens : celui des «familles vulnérables » ainsi que celui des «familles compétentes ».
    Zusammenfassung
    Unter dem Licht der aktuellen Kenntnisse und der Resultate aus unserer Dissertation scheint es unleugbar, dass die Existenz eines Geschwisters mit Behinderung das Leben der jeweiligen Brüder und Schwestern destabilisiert. Das Thema Geschwister ist ein Feld, das noch erforscht werden muss. In unserer Untersuchung diente ein Resilienz-Modell als Analyseinstrument für Gespräche, welche mit Geschwistern von Kindern mit einer Behinderung geführt wurden. Es wurde festgestellt, dass das Vorhandensein der Behinderung von fast allen in der Studie Beteiligten als Leiden eingestuft wurde. Der Artikel spricht auch die Bedeutung der Berücksichtigung von Stressfaktoren und deren Folgen im Erleben der Geschwister von Personen mit einer geistigen Behinderung an. Zwei Gruppen Personen lassen sich anhand eines Querschnitts der Interviews unterscheiden: die «verletzlichen Familien» und die «kompetenten Familien».