La collaboration dans les pratiques enseignantes : qu'est-ce que est mis en place dans l'organisation scolaire entre enseignant spécialisé et enseignant titulaire pour une intégration réussie d'un élève ayant des besoins particuliers ?

Greber, Florence ; Savoy, Bernard (Dir.)

Mémoire de master spécialisé : Haute école pédagogique du canton de Vaud, 2012 ; mp0575.

L’intégration est un idéal recherché par notre société, tout particulièrement celle des personnes à mobilité restreinte ou celles ayant des besoins particuliers au niveau de leur formation ou de leurs acquisitions scolaires. Le désir est de les maintenir dans leur milieu habituel, de leur apporter des moyens différents pour y rester. L’objectif poursuivi par notre école obligatoire... More

Add to personal list
    Résumé
    L’intégration est un idéal recherché par notre société, tout particulièrement celle des personnes à mobilité restreinte ou celles ayant des besoins particuliers au niveau de leur formation ou de leurs acquisitions scolaires. Le désir est de les maintenir dans leur milieu habituel, de leur apporter des moyens différents pour y rester. L’objectif poursuivi par notre école obligatoire est de permettre à chacun de suivre son parcours scolaire dans une classe avec des élèves de leur âge. Cet idéal apporte une dynamique nouvelle dans l’école et oblige les enseignants à évoluer dans leurs pratiques. L’arrivée de l’enfant ayant des besoins spécifiques dans la classe nécessite l’intervention de l’enseignant spécialisé et des professionnels, tels que logopédistes, psychomotriciens ou psychologues… Un partenariat se met en place, permettant de développer de nouvelles compétences. Pendant des années l’instituteur était l’unique maître à bord et sa porte s’ouvrait juste pour les visites de l’inspecteur et la commission scolaire. Maintenant il doit partager ses décisions avec ses collègues, trouver des solutions aux difficultés rencontrées, confronter sa vision de l’enseignement et de son rôle avec d’autres personnes. Le thème de la collaboration m’interpelle depuis plusieurs années. Ce mémoire m’a permis d’analyser certaines pratiques de collaboration et les concepts qui les sous-tendent. La recherche a débuté par un questionnaire distribué à des collègues travaillant en duo pédagogique, ES et ET, et ayant au moins un élève du CPS intégré dans la classe. Celui-ci a apporté des éléments précis sur le fonctionnement de ces duos, mais a laissé peu d’ouverture aux concepts qui influencent ces éléments. Pour donner une autre dimension à cette recherche, j’ai réalisé six entretiens semi-directifs avec trois duos choisis parmi les personnes questionnées auparavant. Ceux-ci ont permis de définir leur perception de l’intégration, les apports et les limites perçues, les rôles respectifs de chacun et les compétences requises, la réussite scolaire de l’élève et de celle de leur collaboration. Plusieurs constats découlent de cette recherche: - De manière générale, l’intégration est ressentie positivement chez tous les enseignants, mais chacun y perçoit des limites. Celles-ci sont atteintes lorsque la classe ne fonctionne plus correctement ou que l’élève intégré ne profite plus de cette situation. - Les rôles sont clairement définis dans chaque duo (ET/ES) et des compétences différentes sont mises en valeur. - L’ET attend des compétences de différenciation chez l’ES, tandis que l’ES privilégie la relation avec son collègue titulaire. - Un besoin d’échange régulier et fixé à l’avance est requis: c’est un point fort qui ressort des questionnaires de la part de tous les participants. Le fonctionnement est réévalué régulièrement en fonction de l’évolution de l’élève et de la classe. - La collaboration n’est pas perçue comme un partage des tâches, mais plutôt comme un partage des responsabilités: l’ET face à la classe, l’ES par rapport à l’enfant intégré et son intégration. A l’issue de cette recherche, nous ne pouvons pas parler de co-enseignement mais plutôt de pratiques de collaboration. D’ailleurs ce terme devient de plus en plus actuel dans les articles relatant des expériences intégratives. La formation de base des enseignants familiarise les étudiants à ce concept par des activités favorisant la construction des apprentissages dans une visée socioconstructiviste. Ces nouvelles compétences permettront de mieux répartir le travail et d’apporter des solutions nouvelles aux difficultés en lien avec l’intégration