Le test de Gacon : un moyen supplémentaire pour travailler et évaluer l'endurance des élèves au secondaire I

Dovat, Cédric ; Melly, Alain (Dir.)

Mémoire de master : Haute école pédagogique du canton de Vaud, 2012 ; mp0510.

Objectif : L’étude consiste à effectuer avec une classe deux tests d’endurance différents. Son objectif principal est de déterminer si l’apport du test de GACON peut avoir un impact positif sur la motivation des élèves envers l’endurance. Par ailleurs, elle permet également d’obtenir, sur le plan motivationnelle, la représentation des élèves, du test de COOPER. Cette étude... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Objectif : L’étude consiste à effectuer avec une classe deux tests d’endurance différents. Son objectif principal est de déterminer si l’apport du test de GACON peut avoir un impact positif sur la motivation des élèves envers l’endurance. Par ailleurs, elle permet également d’obtenir, sur le plan motivationnelle, la représentation des élèves, du test de COOPER. Cette étude fait suite à un prétest, réalisé avec des maîtres d’éducation physique, qui préconise l’emploi d’un second test d’endurance afin de motiver les élèves à travailler leur endurance. Méthode : Cette étude a été réalisée avec une classe hétérogène. Cette dernière se compose de 22 élèves (13 garçons, 9 filles), âgés de 11 à 12 ans. Une élève blessée n’a pas pu prendre part à l’étude. Les élèves ont réalisé dans un premier temps le test de COOPER puis, deux semaines plus tard, le test de GACON. Au préalable, les élèves ont été entrainés à l’endurance mais de manière non spécifique aux tests expérimentés. Résultats : Au terme de l’expérience et après avoir analysé les résultats, il s’est avéré que les élèves sont plus motivés par le test de GACON, qu’ils s’investissent plus et qu’ils ont plus de plaisir qu’au test de COOPER. Il a également été observé que les élèves courent plus longtemps au test de COOPER. La variation suscite donc auprès des élèves un certain engouement positif pour le travail de l’endurance. Conclusion : En conclusion, l’hypothèse que la variation, par l’apport d’un test d’endurancesupplémentaire, pouvait motiver les élèves a été confirmée. L’apport d’un second test pour travailler et évaluer l’endurance serait bénéfique dans le cadre du programme scolaire.