Au-delà des injonctions, un autre paradigme de l'insertion : focus sur les pratiques alternatives d'une mesure pour les jeunes : travail effectué dans le cadre de l'obtention du Bachelor of arts HES-SO en travail social à la Haute école de travail social de Genève

Maillard, Julie ; Bolzman, Claudio (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute école de travail social de Genève, 2014.

Ce travail de Bachelor a été distingué par le Prix 2014 de la Fondation Qualife pour l’insertion des jeunes et jeunes adultes en difficulté. La question de l’insertion des jeunes a été problématisée dans les années 90, dans un contexte de montée du chômage, de précarisation des conditions de travail et de hausse du niveau d’accès à la formation professionnelle. Elle s’est... More

Add to personal list
    Résumé
    Ce travail de Bachelor a été distingué par le Prix 2014 de la Fondation Qualife pour l’insertion des jeunes et jeunes adultes en difficulté. La question de l’insertion des jeunes a été problématisée dans les années 90, dans un contexte de montée du chômage, de précarisation des conditions de travail et de hausse du niveau d’accès à la formation professionnelle. Elle s’est progressivement institutionnalisée en lien avec l’augmentation corrélative des jeunes à l’aide sociale. La notion d’insertion est socialement construite et participe d’une certaine vision du monde au même titre que les politiques, les discours et les pratiques d’insertion. Ainsi, la plupart des mesures pour les jeunes privilégient des pratiques relativement standardisées. Elles prônent des logiques d’activation et de mobilisation individuelle avec, au centre, un accompagnement individualisé visant l’élaboration d’un projet « réaliste » et la production d’un individu flexible et autonome dans une perspective d’adaptabilité à l’emploi, vecteur incontournable d’insertion. La mesure à laquelle j’ai choisi de m’intéresser s’éloigne assez radicalement des injonctions sociétales, tant dans sa conception de l’insertion que dans ses pratiques. Deux entretiens de groupe, l’un avec les animateurs, l’autre avec les jeunes m’ont permis d’analyser les conceptions et les impacts de ces pratiques alternatives, à l'aune des modèles normatifs en vigueur et des modèles théoriques sur lesquelles elles se fondent. Mon travail a pour intention de mettre en valeur une autre manière ’envisager l’insertion qui réaffirme la primauté du lien, réhabilite les fondements du travail social et réinvente des formes de créativité dans un champ de l’insertion qui tend à l’uniformisation des manières de penser et de travailler.