Faculté des lettres et sciences humaines

Administration publique, ressources et migration

Scolari, Stéphanie ; Zittoun, Tania (Dir.)

Mémoire de master : Université de Neuchâtel, 2014.

Comment les personnes immigrées de première génération répondent-elles aux demandes émanant de l’administration publique helvétique? Ce questionnement est au croisement de nombreuses disciplines scientifiques telles que les sciences administratives, la sociologie de l’Etat ou encore les études en migration et la psychologie socioculturelle du développement. Ce mémoire s’intéresse... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Comment les personnes immigrées de première génération répondent-elles aux demandes émanant de l’administration publique helvétique? Ce questionnement est au croisement de nombreuses disciplines scientifiques telles que les sciences administratives, la sociologie de l’Etat ou encore les études en migration et la psychologie socioculturelle du développement. Ce mémoire s’intéresse à révéler, grâce à une étude exploratoire, les facteurs et les processus qui permettent aux personnes immigrées de première génération de répondre aux demandes de l’administration suisse et de développer peut-être des connaissances et des compétences dans ce domaine. Rencontrant des ruptures au niveau de la langue, des référents et du système administratif de façon plus générale, ces dernières semblent, dans un premier temps, se laisser guider par des personnes ressources présentes lors de leur arrivée (famille, patron, amis), avant de développer progressivement un réseau de personnes plus expertes (institutions, autres personnes ressources). Certaines développent, au fil du temps, de réelles connaissances dans ce domaine ainsi qu’un réseau qui leur permette de devenir à leur tour des personnes ressources. De plus, elles peuvent également adopter une attitude face à l’administration qui peut aller dans le sens du conformisme de complaisance, du conformisme d’identification ou du conformisme d’intériorisation. Ce travail de mémoire tente ainsi d’analyser, par des entretiens semi-directifs et au moyen de notions telles que migration, rupture, transition, savoir, environnement, contexte et cadre, le rapport entre les personnes immigrées de première génération et le système administratif suisse.