L’intérêt supérieur de l’enfant et le maintien des relations avec son parent incarcéré : enjeux, difficultés et perspectives au regard d’intervenants

Morisod, Céline ; Hanson, Karl (Dir.)

Mémoire de master : Institut universitaire Kurt Bösch, 2011 ; DE2011/MIDE09-10/09.

Selon la Convention des Nations Unies du 20 novembre 1989 relative aux droits de l’enfant (CDE), tout enfant dispose du droit d’être élevé par ses deux parents et d’entretenir des relations personnelles avec ces derniers. Dans le cas de l’incarcération d’un parent, nous assistons à une limitation de ce droit, puisque l’enfant est en partie privé de son parent. Un tel événement... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Selon la Convention des Nations Unies du 20 novembre 1989 relative aux droits de l’enfant (CDE), tout enfant dispose du droit d’être élevé par ses deux parents et d’entretenir des relations personnelles avec ces derniers. Dans le cas de l’incarcération d’un parent, nous assistons à une limitation de ce droit, puisque l’enfant est en partie privé de son parent. Un tel événement engendre souvent une séparation brutale et potentiellement traumatisante pour l’enfant, si ce n’est une rupture des relations préexistantes. L’enfant éloigné d’un parent emprisonné est exposé à de nombreux risques liés à son bien-être physique, émotionnel, psychologique et social. Souvent occultées, les conséquences de la détention d’un parent susceptibles d’entraver le bon développement de l’enfant amènent ce dernier à subir lui-même une forme d’incarcération invisible. Au vu de ces éléments, le maintien des relations entre enfant et parent est aujourd’hui privilégié dans le cas de la détention du parent. Cette étude multidimensionnelle part de l’interrogation initiale suivante : dans quelle mesure et dans quelles conditions le maintien des relations entre enfant et parent incarcéré oeuvre-t-il en faveur de l’intérêt supérieur de l’enfant ? Pour explorer cela de manière empirique, nous avons questionné les représentations d’acteurs impliqués dans la mise en pratique du maintien des relations personnelles entre enfant et parent détenu, dans le but de savoir si la notion d’intérêt supérieur est invoquée par les intervenants, comment ils la définissent, la déterminent et la mettent en application..