Entre les dérives humanitaires et la protection des enfants dans les situations d'urgence : le cas des 103 enfants de l'Est du Tchad dans l'affaire Arche de Zoé

Mane Das, Claude ; Stoecklin, Daniel (Dir.)

Mémoire de master : Institut universitaire Kurt Bösch, 2011 ; DE2011/MIDE09-109/01.

Les dérives humanitaires ne sont pas seulement le produit de l'amateurisme ou d'un simple hasard de certaines organisations prises dans le bourbier des situations d'urgence. Elles sont surtout l'émanation d'une représentation sociale d'une humanitaire dominant qui exclut et s'autolégitime. Pris dans ce contexte, la protection des catégories vulnérables dont les enfants, subit un double... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Les dérives humanitaires ne sont pas seulement le produit de l'amateurisme ou d'un simple hasard de certaines organisations prises dans le bourbier des situations d'urgence. Elles sont surtout l'émanation d'une représentation sociale d'une humanitaire dominant qui exclut et s'autolégitime. Pris dans ce contexte, la protection des catégories vulnérables dont les enfants, subit un double coup. Car elles sont d'une part, les plus touchées dans les situations d'urgence t les premières oubliées dans les mesures de protection d'autre part. Leur statut plutôt fragile rend encore plus facile la posture adulo-centrée de l'intervenant humanitaire. L'affaire des 103 enfants de l'Est du Tchad dans l'opération de l'association française l'Arche de Zoé constitue une parfaite illustration de ce regard asymétrique d'un humanitaire "tout puissant". De surcroit, la référence aux instruments internationaux de protection n'a été utilisée dans cette affaire que pour renforcer l'idéologie du devoir d'ingérence. Autrement dit, le respect des principes de protection, des règles de prise en charge alternative des enfants dans les situations d'urgence et des normes nationales et traditionnelles ont cédé la place au paternalisme universalisant et à l'impératif moral de l'action humanitaire. Cette étude tente de montrer que ce regard dominant de l'intervenant humanitaire ne peut pas restaurer la dignité de l'enfant pris dans les situations d'urgence. Au contraire, il détruit tout esprit d'altérité, de solidarité et d'égalité qui symbolise l'essence de toute action humanitaire. L'approche axée sur les droits, le rôle d'acteur des différents protagonistes, l'interaction dynamique des personnes concernées et le développement d'une éthique de dialogue et de responsabilité sont parmi les perspectives signalés dans cette recherche en guise de conclusion.