Travail social

Le rôle de l'éducateur dans le choix des loisirs : la mise en place des loisirs dans les intitutions pour les personnes adultes en situation de handicap psychique

Perruchoud, Sophie ; Margot-Cattin, Pierre (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute Ecole de Travail Social, 2011.

Le thème de ce travail de recherche est parti d’une interrogation face à la pratique des éducateurs dans les loisirs en institution durant notre première formation pratique. Nous voulions comprendre quels sont la place et le sens des loisirs ou des activités socioculturelles dans les institutions pour personnes en situation de handicap psychique. Pour répondre à cela, nous avons défini,... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Le thème de ce travail de recherche est parti d’une interrogation face à la pratique des éducateurs dans les loisirs en institution durant notre première formation pratique. Nous voulions comprendre quels sont la place et le sens des loisirs ou des activités socioculturelles dans les institutions pour personnes en situation de handicap psychique. Pour répondre à cela, nous avons défini, dans la première partie du travail, les concepts théoriques en rapport avec notre question de recherche : le loisir, la personne en situation de handicap psychique, la place des loisirs en institution et enfin le rôle de l’éducateur. D’après les concepts théoriques développés dans ce travail, le loisir doit être librement choisi et être source de plaisir pour être considéré comme tel. L’environnement dans lequel le loisir est développé peut avoir de l’influence positive (par la motivation de l’éducateur,…) ou négative (activité de groupe,…) sur les usagers. Ainsi, l’éducateur doit être attentif à l’impact de l’environnement sur les usagers. De plus, il détient les compétences pour organiser, développer et évaluer les loisirs. Dans la deuxième partie d’analyse des entretiens de bénéficiaires et d’éducateurs, nous avons pu saisir leur point de vue sur les loisirs et comprendre l’apport de ceux-ci. Nous avons pu répondre aux trois hypothèses de départ et à notre interrogation initiale. Il en ressort tout d’abord que la participation aux loisirs s’effectue parfois sous conditions (avoir réalisé les soins de base,…) voire peut même être freinée par des obstacles institutionnels (éducateurs à disposition,…) ou personnels (vision de l’éducateur,…). De plus, le loisir, lorsqu’il est choisi par l’usager et qu’il lui procure du plaisir, favorise un bien-être et améliore sa qualité de vie. Ensuite, le choix du loisir par le professionnel s’effectue généralement en fonction des souhaits et des propositions du résidant. Toutefois, des éléments externes (horaires,…) contraignent parfois l’éducateur à tenir compte de l’environnement plutôt que des souhaits des usagers. Dans le but de respecter le choix des résidants, l’éducateur trouve des moyens pour solliciter leurs propositions. Certains loisirs peuvent être intégrés dans le projet pédagogique individualisé. Enfin, le professionnel a les compétences pour organiser et mettre en place les loisirs. Il les a développées durant sa formation et ses expériences professionnelles. Son rôle est de donner l’envie aux usagers de participer aux loisirs. Par contre, des obstacles (missions de l’institution,…) peuvent le freiner dans ses initiatives. En définitive, les éducateurs devraient être davantage sensibilisés à l’importance des loisirs en institution et être attentifs à la notion de passivité dans le choix des résidants.