Travail social

Danse et éducation sociale : une alliance difficile ?

Pereiro, Sophie ; Palazzo-Crettol, Clothiide (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute Ecole de Travail Social, 2010.

Ce travail a pour thème les activités dans les institutions valaisannes accueillant des adolescent-e-s. A l’origine de ce travail, il y a d’une part, la danse que j’ai pratiquée de manière personnelle et dont j’ai pu retirer de nombreux aspects positifs. D’autre part, il y a l’hypothèse que cette activité est peu favorisée dans les pratiques institutionnelles. C’est-à-dire... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Ce travail a pour thème les activités dans les institutions valaisannes accueillant des adolescent-e-s. A l’origine de ce travail, il y a d’une part, la danse que j’ai pratiquée de manière personnelle et dont j’ai pu retirer de nombreux aspects positifs. D’autre part, il y a l’hypothèse que cette activité est peu favorisée dans les pratiques institutionnelles. C’est-à-dire que les ressources, qui peuvent être amenées par la danse, sont peu exploitées. Ce travail vise à vérifier cette hypothèse et à comprendre les raisons du manque d’engouement pour cette activité. Les différentes définitions de la danse, les concepts touchant les stéréotypes de sexe, les inégalités entre les filles et les garçons face aux sports et les pratiques sexuées des professionnels du travail social forment le cadre théorique de ce travail. La partie empirique est constituée de l’analyse qualitative de huit entretiens semi-directifs réalisés auprès d’éducateurs et d’éducatrices travaillant dans des structures qui prennent en charge des adolescent-e-s. S’agissant des résultats, cette recherche montre que le sport et en l’occurrence la compétition est privilégiée par rapport aux activités culturelles et artistiques. De ce fait, la danse n’apparaît pas, a priori, comme un recours possible. Cette recherche met également en lumière les influences du genre sur les professionnel-le-s de l’éducation. Ils reproduisent les genres masculin et féminin, dans leur discours et au travers des activités proposées ; les valeurs inculquées aux jeunes par les activités, participent au renforcement de la domination masculine.