Faculté des lettres et sciences humaines

Testons-nous des compétences cognitives ?

Nicolet, Michel ; Grossen, Michèle ; Perret-Clermont, Anne-Nelly

In: Revue Internationale de Psychologie Sociale, 1988, vol. 1, no. 1, p. 71-91

Cet article pose le problème des liens, maintes fois observés, entre I'origine sociale el les performances des sujets dans des épreuves piagétiennes et s'interroge sur la nature de ces performances. Les auteurs rapportent plusieurs recherches qui montrent que ces liens sont susceptibles de varier en fonction des conditions de présentation de la tâche et du type de relations expérimentées... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Cet article pose le problème des liens, maintes fois observés, entre I'origine sociale el les performances des sujets dans des épreuves piagétiennes et s'interroge sur la nature de ces performances. Les auteurs rapportent plusieurs recherches qui montrent que ces liens sont susceptibles de varier en fonction des conditions de présentation de la tâche et du type de relations expérimentées par le sujet au cours de la passation de l'épreuve: Celte variabilité suggère qu'il n'y a pas de détermination directe des facteurs sociologiques sur l'activité cognitive. L'analyse micro-sociale de la situation de test met en évidence les processus à la fois cognilifs et relationnels qui aménent l'enfant à fournir telle reponse. Quelques exemples cliniques tirés de recherches récentes illustrent le fail que l'expérimentateur et l'enfant ne partagent pas d'emblée la même définition de la tâche, mais qu'ils la construisent en cours d'interaction. Selon les auteurs, c'est la construction, dans la situation de test, d'une intersubjectivité entre l'expérimentateur et l'enfant qui est le processus médiateur de l'influence de facteurs macro-sociaux sur l'activité sociocognitive telle qu'elle se manifeste dans des épreuves opératoires.