Vers une approche plus naturelle des systèmes de pointage

Berthet, Boris ; Kuhne, Michel (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute école de gestion de Genève, 2010 ; TDIG 41.

Afin de prétendre à l’obtention du Bachelor HES, délivré par la Haute Ecole de Gestion de Genève, il nous a été demandé d’effectuer un Travail de Diplôme. Mon mandat se nomme : Vers une approche plus naturelle des systèmes de pointage. Mon objectif est de définir un nouveau concept bien placé sur la liste des challengers de la souris. A cette fin, j’ai structuré mon travail en... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Afin de prétendre à l’obtention du Bachelor HES, délivré par la Haute Ecole de Gestion de Genève, il nous a été demandé d’effectuer un Travail de Diplôme. Mon mandat se nomme : Vers une approche plus naturelle des systèmes de pointage. Mon objectif est de définir un nouveau concept bien placé sur la liste des challengers de la souris. A cette fin, j’ai structuré mon travail en différentes parties qui aident à la compréhension de mon idée. En effet, pour se placer au mieux dans le contexte actuel, il faut se retourner sur les dernières décennies et y déceler les innovations, les essais et les avancées technologiques qui ont mené aux dispositifs de pointage que nous connaissons aujourd’hui. J’ai retracé leurs évolutions pour situer précisément dans leur nébuleuse mon concept : Head-to-Mouse. L’étonnement risque d’apparaître sur certains points, et, c’est la raison pour laquelle il faut lire ce document sans apriori ou idée toute faite. Ne croyez pas que la firme Microsoft ait inventé la souris que nous connaissons aujourd’hui ou qu’elle a régné sur ce petit monde technologique dès les débuts de l’informatique. Head-to-Mouse, le nouveau système de pointage, vous permet de déplacer le curseur de votre ordinateur uniquement par des mouvements de tête ! Simple idée, absurde, irréalisable ou trop en avance sur son temps ? Des utilisateurs l’ont essayé et les résultats montrent une tendance à l’adoption de ce système. Le Headtracking, longtemps réservé au domaine cinématographique, se trouve maintenant abordable et concevable pour les utilisateurs informatiques, peu importe leur niveau en la matière.