Comment optimiser la prise en charge de la douleur, à travers l’évaluation, chez les personnes âgées atteintes de démence, en institution ?

Hentzler, Floriane ; Itema Mbuebue Mukanya, Nelly

Mémoire de bachelor : Haute Ecole de la Santé La Source, 2010.

Confrontés aux personnes âgées durant les stages, les auteurs ont constaté que la douleur de celles-ci n’était pas toujours reconnue par les professionnels et n’était pas correctement soulagée. Les auteurs ont posé l’hypothèse qu’il pouvait s’agir d’un manque ou d’une évaluation incorrecte de la douleur chez ces personnes. Le but de cette revue de littérature est donc de... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Confrontés aux personnes âgées durant les stages, les auteurs ont constaté que la douleur de celles-ci n’était pas toujours reconnue par les professionnels et n’était pas correctement soulagée. Les auteurs ont posé l’hypothèse qu’il pouvait s’agir d’un manque ou d’une évaluation incorrecte de la douleur chez ces personnes. Le but de cette revue de littérature est donc de trouver et mettre à la disposition des soignants des outils d’évaluation de la douleur disponibles, valables, fiables, utiles pour la clinique, francophones, faciles à utiliser et adaptés à cette population. Résultats : - L’autoévaluation reste valable jusqu’à un degré assez élevé de troubles cognitifs. Néanmoins, avec la sévérité de ces troubles, cette évaluation devrait être complétée ou remplacée par l’hétéroévaluation. - A l’issue de nos recherches, 3 échelles francophones ont été retenues, répondant aux critères de validité, fiabilité et utilité clinique : l’ECPA-2, Doloplus-2, PACSLAC-F. Ces 3 échelles peuvent être utilisées en pratique, moyennant des études supplémentaires.