Des racines sans les ailes : quel accès à la formation post-obligatoire pour les jeunes sans statut légal à Genève

Belfellah, Aïcha ; Wicht, Olivier ; Bolzman, Claudio (Dir.)

Mémoire de diplôme HES : Haute école de travail social de Genève, 2010.

Depuis le début des années 1990, le Canton de Genève autorise officiellement la scolarisation des enfants sans statut légal, reconnaissant ainsi le droit à l’éducation énoncé dans la Convention internationale relative aux droits de l’enfant. Par contre, malgré l’importance croissante que la société et le marché du travail accordent à la formation post-obligatoire, l’accès à... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Depuis le début des années 1990, le Canton de Genève autorise officiellement la scolarisation des enfants sans statut légal, reconnaissant ainsi le droit à l’éducation énoncé dans la Convention internationale relative aux droits de l’enfant. Par contre, malgré l’importance croissante que la société et le marché du travail accordent à la formation post-obligatoire, l’accès à celle-ci reste difficile pour ces jeunes. D’une part, la formation en école, qui leur est ouverte sans restriction, nécessite d’avoir un niveau scolaire suffisant, que tous ne possèdent pas. D’autre part, l’apprentissage en entreprise leur est interdit, puisque celui-ci exige une autorisation de travail. Au travers d’entretiens réalisés avec sept jeunes entre 17 et 22 ans vivant à Genève sans statut légal, cette recherche s’attache donc à découvrir ce qu’ils font après avoir achevé leur scolarité obligatoire. Elle détaille également certains des facteurs qui déterminent leurs choix de formation et distingue différentes stratégies mises en œuvre par ces jeunes pour faire face aux difficultés qu’ils rencontrent. Les résultats permettent notamment de montrer l’importance de leur parcours scolaire, de leur situation familiale, du positionnement de leurs parents vis-à-vis de la formation, de leurs conditions de vie, ou encore des discriminations qu’ils peuvent subir. Si tous ces éléments font que chaque trajectoire est unique, on constate néanmoins que le statut légal surdétermine toutes leurs orientations. Enfin, les conséquences de ces facteurs sur leur sentiment d’intégration sont aussi discutées.