Faculté des lettres et sciences humaines

«Si t’as pas de diplôme valable en Suisse, t’es bonne à faire le ménage et c’est tout…» : enjeux et stratégies d’accès au marché du travail suisse des femmes migrantes d’origine russe et ukrainienne diplômées du niveau supérieur

Salomon, Victoriya ; D'Amato, Gianni (Dir.)

Mémoire de master : Université de Neuchâtel, 2010.

Dans le cadre de cette recherche nous avons étudié le processus d’intégration professionnelle des femmes qualifiées d’origine russe et ukrainienne immigrées en Suisse pour des raisons de mariage. L’intérêt de cette étude réside dans la constatation qu’après cinq ans de séjour en Suisse, les femmes ayant initialement des caractéristiques socio-culturelles et professionnelles... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Dans le cadre de cette recherche nous avons étudié le processus d’intégration professionnelle des femmes qualifiées d’origine russe et ukrainienne immigrées en Suisse pour des raisons de mariage. L’intérêt de cette étude réside dans la constatation qu’après cinq ans de séjour en Suisse, les femmes ayant initialement des caractéristiques socio-culturelles et professionnelles semblables : origine nationale et culturelle, niveau de formation et motivation d’immigration, ont démontré une forte dispersion au niveau de leur intégration sur le marché du travail. Notre objectif principal a donc consisté à analyser des parcours post-migratoires particuliers afin de dépister les facteurs explicatifs du degré inégal d’insertion professionnelle et aussi à comprendre les mécanismes de choix et de mise en place des stratégies d’action individuelle permettant de réussir une intégration professionnelle qualifiante. Nous avons mené une enquête empirique, quantitative et qualitative, en nous basant sur une triple approche théorique : la théorie économique du lien entre formation et emploi, la théorie des ressources sociales et la théorie des rapports de pouvoir et de division du travail entre les sexes. Les résultats de cette enquête ont montré que la capacité des migrantes qualifiées à s’intégrer rapidement sur le marché du travail était fortement conditionnée par trois groupes de facteurs : ceux liés au capital humain (diplômes et qualifications), ceux liés au capital social (réseaux sociaux diversifiés et faibles) et ceux liés à la situation familiale et aux rapports de genre au sein du couple.