Faculté des lettres et sciences humaines

L’utilisation d’un espace virtuel par une communauté des professionnels immigrés : vers une nouvelle forme d’organisation diasporique ?

Nedelcu, Mihaela ; Hainard, François

In: Autrepart, 2002, vol. 2, no. 22, p. 147-165

Subordonnée au besoin de sécurité de la société, la gestion des cours d’eau a été longtemps synonyme de travaux sécuritaires lourds de conséquences sur le fonctionnement des systèmes alluviaux. A partir des années soixante-dix, on assiste à une prise de conscience croissante des enjeux environnementaux liés à l’aménagement des zones alluviales. De nouveaux outils et de... Di più

Aggiungi alla tua lista
    Résumé
    Subordonnée au besoin de sécurité de la société, la gestion des cours d’eau a été longtemps synonyme de travaux sécuritaires lourds de conséquences sur le fonctionnement des systèmes alluviaux. A partir des années soixante-dix, on assiste à une prise de conscience croissante des enjeux environnementaux liés à l’aménagement des zones alluviales. De nouveaux outils et de nouvelles techniques, orientées notamment vers une revitalisation des cours d'eau sont envisagés. Mettant en évidence les différents enjeux et contraintes qui circonscrivent le passage d’un modèle de régulation technocratique vers une régulation citoyenne de l’action publique, l’analyse porte sur les processus de négociation sociale où s’articulent les intérêts et se conjuguent les efficacités (sécuritaire, économique, sociale et écologique) dans la gestion suisse des zones alluviales.
    Summary
    The management of the rivers, subordinated to the societal need for security, was for long time synonym of security works of rectification, full of consequences on the functioning of alluvial systems. In Switzerland, starting with the seventies, we acknowledge an increasing awakening about the environmental stakes related to the installation of the alluvial zones. New tools and news techniques, directed in particular towards a revitalization of the rivers, are considered. This article highlights the various stakes and constraints which are limiting the passage from a technocratic model of regulation towards a citizen regulation of the public action. The analysis relates to the processes of social negotiation through which various interests are articulating and (security, economic, social and ecological) efficiencies are combining in the swiss management of the alluvial zones.