Faculté des lettres

L'influence de l'enfant sur les adultes dans des situations problématiques en famille et à l'école : évaluation et intervention

Brodard, Fabrice ; Reicherts, Michaël (Dir.)

Thèse de doctorat : Université de Fribourg, 2008.

La capacité d’influence interpersonnelle, en particulier dans la relation parents-enfant, revêt une grande importance pour le développement et le bien-être de l’enfant (par ex. Chorpita & Barlow, 1998). Notre étude adopte le point de vue de l’enfant, et s’intéresse aux comportements que celui-ci met en place pour influencer les adultes de son entourage. Nous nous basons sur un... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    La capacité d’influence interpersonnelle, en particulier dans la relation parents-enfant, revêt une grande importance pour le développement et le bien-être de l’enfant (par ex. Chorpita & Barlow, 1998). Notre étude adopte le point de vue de l’enfant, et s’intéresse aux comportements que celui-ci met en place pour influencer les adultes de son entourage. Nous nous basons sur un modèle et un instrument, le questionnaire "FEKS" ("Fragebogen zur Erfassung Kindlicher Steuerung") élaborés par Pauls et Reicherts (1991) à partir des concepts théoriques et empiriques issus de la psychologie du contrôle (attribution causale, détresse acquise, auto-efficacité, etc.), mais aussi des travaux sur l'apprentissage social (Bandura, 1977). Nous proposons deux nouveaux instruments dérivés de ce modèle, une version sonorisée informatisée du "Questionnaire d’Influence Enfant-Parent"(QIEP; Reicherts, Pauls, & Brodard, 2006) publiée sur le Hogrefe TestSystem, ainsi qu’une version investiguant la relation enfant-enseignant ("Questionnaire d’Influence Enfant-Enseignant" QIEE). Les items "situation-réponse" de ces deux instruments permettent d’évaluer les types de conduites (actives-constructives, offensives et défensives) choisies par l’enfant dans 4 types de situations problématiques enfant-parent ou enfant-enseignant. Dans notre étude menée avec N=277 enfants (âge moyen 10.0 ans), nous avons analysé les liens entre les tendances de contrôle dans deux contextes différents, ainsi que les corrélations avec d’autres mesures des difficultés de l’enfant fournies par les parents (SDQ, Goodman, 2005), les enseignants (SSRS, Gresham & Elliott, 1990), et les pairs (Sieber, 2001). Les résultats confirment ces liens, les tendances de contrôle actives-constructives de l'enfant étant notamment liées avec l'acceptation de l'enfant par les pairs, et avec les compétences sociales évaluées par les parents et les enseignants. Les résultats suggèrent globalement la nécessité de prendre en compte différentes sources de données, dont le point de vue de l’enfant, pour les recherches futures et le travail clinique. Suite à l’ensemble des travaux découlant de ce modèle, nous avons développé des modules d’intervention et de prévention dans le but d’accroître les comportements de contrôle fonctionnels de l’enfant avec les personnes de son entourage social. L'information fournie par les deux instruments "situation-réponse" permet de cibler précisément les types d'interactions particulièrement problématiques, et donc d'orienter adéquatement les interventions.