Analyse comparative de l'utilité des bases de données payantes et en Open Access : conception d'un outil d'évaluation systématique pour les bibliothèques de l'Université de Genève

Hunziker, Anthony ; Schneider, René (Dir.)

Mémoire de master : Haute école de gestion de Genève, 2010 ; MASID 4.

Ce travail s’inscrit dans le cadre du Projet ACCEPT portant sur l’évaluation des services d’information électroniques mené à la Haute école de gestion de Genève entre 2009 et 2011. Le travail est mandaté par la Direction de l’information scientifique de l’Université de Genève. Son objectif principal est de concevoir un outil permettant d’évaluer l’utilité des bases de... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Ce travail s’inscrit dans le cadre du Projet ACCEPT portant sur l’évaluation des services d’information électroniques mené à la Haute école de gestion de Genève entre 2009 et 2011. Le travail est mandaté par la Direction de l’information scientifique de l’Université de Genève. Son objectif principal est de concevoir un outil permettant d’évaluer l’utilité des bases de données documentaires numériques. Il s’agit ensuite de tester l’outil élaboré sur plusieurs bases de données commerciales (payantes) et en Open Access afin de pouvoir éprouver son bon fonctionnement et de procéder à une analyse comparative entre sources d’information payantes et en Open Access. Le but est d’essayer de comparer les écarts de qualité entre ces deux types de sources d’information. Cette méthodologie peut permettre d’évaluer s’il vaut la peine d’inclure des ressources particulières en Open Access aux collections électroniques « classiques » des bibliothèques de l’Université de Genève. L’outil en question était tout d’abord imaginé sous la forme d’une grille d’indicateurs. Cette série d’indicateurs, ou critères, devait permettre d’évaluer systématiquement une base de données du point de vue des professionnels de l’information, par exemple au moyen d’un système de notation. Une fois cet outil élaboré, il devait servir à évaluer une dizaines de bases de données afin de tester sa validité. Cependant, la collecte d’information effectuée durant ce travail a démontré que l’évaluation de l’utilité d’un système est à effectuer par les usagers, et non par les administrateurs du système ou professionnels de l’information. La forme de l’outil a donc dû être repensée. Il en est résulté la création d’un questionnaire d’évaluation à faire remplir par les utilisateurs des ressources électroniques, dans ce cas présent des usagers internes à l’Université de Genève. Comme le test de l’outil devait finalement être effectué par des utilisateurs des ressources électronique de l’Université de Genève et non par le mandaté, il n’a pas été possible de leur demander d’évaluer une dizaine de bases de données comme il était prévu initialement. Ceci leur aurait demandé trop de temps d’investissement. Au final, sept étudiants ont participé au test de l’outil. Quatre bases de données commerciales et une en Open Access ont été évaluées au moyen du questionnaire élaboré dans le cadre de ce travail. Le caractère très restreint de l’enquête test réalisée ne permet donc pas de faire une réelle comparaison entre bases de données commerciales et en Open Access ni de dresser des tendances quant aux préférences des usagers. Elle a néanmoins permis de tester l’outil et d’en retirer quelques recommandations pour une éventuelle future utilisation dans le cadre d’une enquête de plus grande ampleur.