Faculté des lettres

L’inférence émotionnelle durant la lecture et sa composante comportementale.

Gygax, Pascal

Dans la présente étude, nous avons développé l’idée de Gygax, Tapiero et Carruzzo (2007) suggérant que l’inférence liée à l’émotion du personnage principal d’un texte relève davantage d’une information comportementale que d’une émotion dite spécifique. Nous montrons par ailleurs que cette inférence comportementale de type émotionnel se distingue d’une inférence... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Dans la présente étude, nous avons développé l’idée de Gygax, Tapiero et Carruzzo (2007) suggérant que l’inférence liée à l’émotion du personnage principal d’un texte relève davantage d’une information comportementale que d’une émotion dite spécifique. Nous montrons par ailleurs que cette inférence comportementale de type émotionnel se distingue d’une inférence comportementale (prédictive) détachée d’un contexte émotionnel. Nous présentons une expérience basée sur les temps de lecture dans laquelle les participantes et participants ont montré, lors de la lecture de brèves histoires narratives, une sensibilité plus importante pour les informations dites comportementales, et ceci de manière plus prononcée lorsque ces informations étaient liées à des situations émotionnelles. Ainsi, nous proposons que la composante physique liée à la représentation émotionnelle occupe une place privilégiée au sein des modèles mentaux et qu’elle bénéficie d’un réseau distribué de représentations (cognition incarnée).
    Summary
    In this paper, we extended Gygax, Tapiero and Carruzzo’s (2007) idea that the inference attached to the emotional status of the main protagonist is more likely constituted by behavioural information than by a specific emotion. In addition to this, we show that this behavioural inference can be distinguished from any behavioural iinference independant of an emotional context. We present an experiment on reading time measurements, in which readers, when reading short narrative stories, seemed more sensitive to behavioural information, and even more so when the information was attached to some emotion triggering situations. We therefore suggest that behavioural information linked to emotion representation occupies an important role in mental models and that it most likely takes advantage of a network of distributed representations (embodied cognition).