Stratégie d'investissement immobilier en région de montagne

Sevino, Stéphane ; Pignon, Vincent (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute école de gestion de Genève, 2013 ; TDEE 192.

L’objectif de ce travail est d’analyser en particulier le marché de l’immobilier de montagne. Ce secteur a connu, durant ces dernières années, un attrait particulier des investisseurs de telle sorte que les valorisations atteignent des niveaux particulièrement élevés dans certaines régions des Alpes. L’hétérogénéité des prix est une spécificité de l’immobilier que les... More

Add to personal list
    Résumé
    L’objectif de ce travail est d’analyser en particulier le marché de l’immobilier de montagne. Ce secteur a connu, durant ces dernières années, un attrait particulier des investisseurs de telle sorte que les valorisations atteignent des niveaux particulièrement élevés dans certaines régions des Alpes. L’hétérogénéité des prix est une spécificité de l’immobilier que les modèles d’évaluations financiers ont des difficultés à expliquer. Afin de mieux comprendre le marché de l’immobilier de montagne, il est intéressant de se pencher sur la problématique de l’économie du tourisme. En effet, nous observerons que la vie économique locale a généralement une influence sur le prix de l’immobilier, mais il existe de nombreuses exceptions. Comment expliquer que le prix du mètre carré s’échange à des niveaux de grandes métropoles alors que l’activité économique saisonnière se concentre sur trois à quatre mois par année ? Un certain nombre de questions se posent, notamment à propos de la pertinence des hypothèses qui sont envisagées au moment de l’acquisition, en particulier sur les anticipations du prix de revente. La durée d’utilisation saisonnière restreint l’investisseur particulier qui désire placer ses avoirs dans le but de jouir du bien durant ses congés. L’investisseur professionnel ne peut que constater une diminution de la rentabilité de son investissement lorsqu’il applique des modèles d’évaluation financière, comme la méthode d’actualisation des cash-flows futurs. Il ne fait aucun doute que l’effet de la période post-crise économique a contribué à soutenir le marché de l’immobilier dans son ensemble. La « pierre » bénéficie de la réputation d’être un actif « sûr » dans le long terme. Les anticipations du marché d’avoir un taux hors risque en baisse ont encouragé les ménages à allouer une part de leur épargne à une résidence secondaire.