Faculté des lettres

Santé publique et culture familiale de la santé mentale

Gianella, Daria M. ; Perrez, Meinrad (Dir.)

Thèse de doctorat : Université de Fribourg, 2009.

Contexte théorique En Suisse, comme dans la plupart des pays industrialisés, on estime que 20% des adolescents souffre de problèmes psychiques et un grand nombre d’entre eux ne bénéficient pas de traitement. De plus, la plupart des recherches longitudinales sont en accord pour affirmer que les problèmes psychiques graves qui surgissent pendant l’enfance ou l’adolescence et qui ne sont... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Contexte théorique En Suisse, comme dans la plupart des pays industrialisés, on estime que 20% des adolescents souffre de problèmes psychiques et un grand nombre d’entre eux ne bénéficient pas de traitement. De plus, la plupart des recherches longitudinales sont en accord pour affirmer que les problèmes psychiques graves qui surgissent pendant l’enfance ou l’adolescence et qui ne sont pas traites, ou qui le sont trop tardivement, peuvent avoir des conséquences lourdes sur le développement de la personne ainsi que sur sa famille. Objectifs de l’étude Les objectifs de la thèse sont d’explorer les concepts de sante et maladie psychique, les stratégies d’action face à un problème de sante psychique et finalement les barrières qui empêchent l’accès au système de sante mentale pour les adolescents. Je voudrais examiner ces différents aspects chez les adolescents et leur famille, en regardant s’ils existent des différences culturelles en Suisse, des différences de sexe, d’âge et d’expérience de traitement avec le système sanitaire en matière de sante mentale. Tout ces éléments permettent une description de la culture familiale de la sante mentale. Cette description ainsi que la compréhension d’une culture familiale de la sante mentale dans les familles suisses est un élément indispensable pour la détection des barrières qui se trouvent a l’intérieur de la famille et qui empêchent l’accès au système de sante mentale pour les adolescents. Méthodologie Une méthodologie mixte, qualitative et quantitative, est à la base de cette these. Des entretiens (N=101) avec des adolescents (10-16 ans) de la population générale, à risque et clinique, et leurs parents composent la partie qualitative. Cet outil permettra de collecter et d'analyser les concepts relatifs a la sante et a la maladie ainsi que les stratégies selon lesquelles les adolescents et leurs familles ont recours aux soins de sante mentale. Sur la base des résultats de l’analyse qualitative, effectuée a l’aide du logiciel MAXqda et intégrée dans le modèle socio écologique de Bronfenbrenner, nous avons élaboré le questionnaire, instrument de la phase quantitative, pour réaliser l’enquête en Suisse alémanique, Suisse romande et au Tessin (N=819). Résultats Les résultats montrent des différences dans la perception de la sante mentale entre les régions linguistiques suisses et les générations. L’expérience de traitement dans le système des soins et le sexe, ont des répercussions sur le choix des stratégies d’action face à un problème de sante mentale. La perception de la culture familiale de la sante mentale est également différente entre les régions culturelles. Les barrières vers l’accès au système des soins sont présentes au niveau individuel, familial et social. Conclusion Tenir compte des différences générationnelles et régionales, ainsi que du point de vue des adolescents est, a notre avis, un outil important pour améliorer l’accès au système des soins en sante mentale des adolescents et la qualité de la communication entre le médecin et la famille. La culture familiale de la sante mentale se révèle être un élément important en sante publique.