Travail social

Intégration en institution des enfants en situation de rue à Kinshasa : revalorisation des compétences

Zanon, Emilie ; Waldis, Barbara (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute Ecole de Travail Social, 2010.

Mon intérêt concernant l’intégration des enfants ayant vécu une situation de rue est né en moi lors de la préparation de mon deuxième stage de ma formation en éducation sociale. J’ai en effet décidé d’effectuer un stage de six mois auprès des enfants dits « de la rue » à Kinshasa, capitale de plus de huit millions d’habitants à l’est de la République démocratique du... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Mon intérêt concernant l’intégration des enfants ayant vécu une situation de rue est né en moi lors de la préparation de mon deuxième stage de ma formation en éducation sociale. J’ai en effet décidé d’effectuer un stage de six mois auprès des enfants dits « de la rue » à Kinshasa, capitale de plus de huit millions d’habitants à l’est de la République démocratique du Congo. J’ai très rapidement fondé l’hypothèse que les enfants en situation de rue n’ont pas uniquement des carences, telles que l’accès à l’école, mais qu’ils ont développés des compétences en étant dans la rue. Cette découverte s’est faite au travers mes différentes lectures dont le livre de S. Tessier1 dans lequel figurait une liste de compétences (des enfants en situation de rue) défendues par Zamudio. J’ai donc dirigé mes objectifs de mémoire sur l’importance d’utiliser les compétences des enfants en situation de rue pour les réinsérer en institution. Comment procéder ? Comment valoriser ces enfants qui ont souvent perdu confiance en l’adulte ? Quelles sont les ressources des éducateurs de Kinshasa pour réussir une intégration en institution ? Quelles sont les difficultés rencontrées par ces éducateurs? etc. Une fois arrivée sur ce terrain si différent de celui de la Suisse je me suis très vite rendue compte de la complexité de l’intégration en institution d’enfants ayant vécu une situation de rue. J’ai rapidement pris conscience des énormes difficultés rencontrées par les éducateurs, difficultés liées à la pauvreté, à la corruption ainsi qu’à l’identité que les enfants se sont forgés en fonction de leur vécu dans la rue. J’ai alors dirigé ma recherche au travers de divers entretiens menés auprès des éducateurs de l’ONG dans laquelle j’effectuais mon stage. Mon but premier était de savoir si les compétences des jeunes sont reconnues au sein de l’ONG et si elles sont utilisées dans le programme éducatif. En deuxième lieu je voulais mesurer l’influence qu’à l’identité de rue de l’enfant sur son intégration en institution. Nous pourrons alors constater que certaines de ces compétences sont reconnues et utilisées par les éducateurs de Bana ya kivuvu (ONG sur laquelle est basée mon travail) et que d’autres deviennent un frein dans le travail éducatif. Par ce travail j’ai découvert la complexité du travail de l’éducateur auprès d’une population en pleine construction, fragile et traumatisée.