Faculté des lettres et sciences humaines

Le propre des noms dans un contexte bilingue

Elmiger, Daniel

In: Bulletin VALS-ASLA, 2004, vol. 80, p. 71-79

Intuitivement, la distinction entre noms communs et noms propres est très simple, mais on découvre, en y regardant de plus près, qu’il est extrêmement difficile d’opérer une distinction fondée sur des critères univoques. Cet article s’intéresse à l’utilisation des noms dans un corpus d’entretiens récolté dans le cadre d’une étude sur les pratiques langagières dans la... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Intuitivement, la distinction entre noms communs et noms propres est très simple, mais on découvre, en y regardant de plus près, qu’il est extrêmement difficile d’opérer une distinction fondée sur des critères univoques. Cet article s’intéresse à l’utilisation des noms dans un corpus d’entretiens récolté dans le cadre d’une étude sur les pratiques langagières dans la ville bilingue de Biel-Bienne. Nous nous proposons d’aborder certaines caractéristiques qui apparaissent dans ces entretiens, lesquels se sont déroulés en grande partie en mode bilingue. Il y va surtout de l’illustration de deux questions théoriques liées à l’étude des noms propres: ont-ils un sens – et dès lors: comment le problème de la traduction de noms propres se pose-t-il dans un contexte de contact de langues? Et d'autre part: de quelle manière ce contact de langues influence-t-il la distinction entre noms propres et noms communs?