Faculté des lettres et sciences humaines

"Réfugié" ou "migrant" ? : analyse des représentations de l’asile au Sénégal et au Ghana

Charrière, Florianne ; Fresia, Marion (Dir.)

Mémoire de diplôme universitaire : Université de Neuchâtel, 2009.

Le régime d’asile international est mis à mal par les politiques migratoires restrictives des pays industrialisés. Les « requérants d’asile » et les « clandestins » sont souvent confondus et les possibilités d’accéder à l’asile juridique faiblissent. Pour répondre aux tensions actuelles entre les régimes d’asile et d’immigration, le HCR – garant du droit des réfugiés... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Le régime d’asile international est mis à mal par les politiques migratoires restrictives des pays industrialisés. Les « requérants d’asile » et les « clandestins » sont souvent confondus et les possibilités d’accéder à l’asile juridique faiblissent. Pour répondre aux tensions actuelles entre les régimes d’asile et d’immigration, le HCR – garant du droit des réfugiés – avance la notion de « migrations mixtes ». Entre « problème » et « solution », cette nouvelle notion veut décrire d’une part une situation complexe où les « réfugiés » sont mêlés aux mouvements généraux de « migrants » et solliciter d’autre part des réflexions politiques afin de répondre au mieux à ces nouvelles dynamiques migratoires. Quelle compréhension et quels enjeux se cachent derrière cette notion ? Cette mixité identifiée par le HCR est-elle également observée par les autres acteurs impliqués ? Les personnes déplacées se reconnaissent-elles dans les catégories légales existantes ? Au moment où les sciences sociales cherchent à se distancer des classifications politico-humanitaires, cette nouvelle notion de « migrations mixtes » relance les débats. A une époque peut-être charnière, deux tendances contradictoires coexistent. D’une part, la volonté de distinguer les réfugiés des migrants reste vivace et paraît indispensable à leur protection, d’autre part, la similitude de leurs parcours incite à les rassembler sous une nouvelle étiquette générique afin de les désigner communément. Suite à un travail de terrain de cinq mois au Sénégal et au Ghana, ce mémoire expose les points de vue d’acteurs politiques, humanitaires et de personnes déplacées sur les questions de l’asile et des migrations. Une approche anthropologique culturelle permet de dévoiler différentes conceptions des catégories juridiques de « réfugié » et de « migrant » et d’en comprendre les usages variés.
    Summary
    The international asylum regime is endangered by the restrictive migratory policies of the industrialized states. Asylum seekers are mistaken for illegal migrants and their access to asylum procedures is getting weaker. To deal with asylum and immigration tensions, the UNHCR - the refugee law guarantor – makes use of the notion of « mixed migration ». Between « problem » and « solution », this new notion describes a complex situation in which « refugee » are melted with « migrants ». The wish of the UNHCR is also to arouse a political reflection to address these new migratory dynamics. What is the understanding and what are the stakes hiding behind this notion? Do other actors also recognize this mixity identified by the UNHCR? Do the displaced people perceive themselves within the legal categories? At a time when social sciences try to distant themselves from politico-humanitarian categories, the « mixed migration » notion renew the debate. During a period that might be transitional, two opposite trends coexist. On one side, the deep-rooted willingness to separate refugees from migrants seems still essential for their protection. On the other side, the migrant and refugee’s similar routes incline to gather them together in a commune and generic designation. Subsequent to a five months fieldwork in Senegal and Ghana, this paper exposes hereunder the points of view of political actors, humanitarian workers and people on the move about asylum and migration. A cultural anthropological approach enables to arise different conceptions of the legal categories and their diverse uses.