Travail social

Origine culturelle et insertion professionnelle des jeunes : les représentations sociales sur l'origine culturelle des jeunes influencent-elles le choix de leurs futurs employeurs?

Isoz, Cindy ; Lorenzetti, Angela ; Pinho, Jorge (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute Ecole de Travail Social, 2010.

L’insertion professionnelle des jeunes en fin de scolarité obligatoire est devenue un problème récurrent et d’actualité. Dans le cadre de cette recherche, nous avons approfondi cette problématique en nous focalisant sur les difficultés que rencontrent les jeunes d’origine étrangère, vivant en Suisse, pour trouver une place d’apprentissage. Plus particulièrement, nous nous sommes... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    L’insertion professionnelle des jeunes en fin de scolarité obligatoire est devenue un problème récurrent et d’actualité. Dans le cadre de cette recherche, nous avons approfondi cette problématique en nous focalisant sur les difficultés que rencontrent les jeunes d’origine étrangère, vivant en Suisse, pour trouver une place d’apprentissage. Plus particulièrement, nous nous sommes intéressées à l’influence des représentations sociales sur l’origine culturelle en rapport avec l’insertion professionnelle des jeunes en fin de scolarité obligatoire. Pour ce faire, nous avons effectué une étude exploratoire auprès de l’Office de Perfectionnement scolaire, de Transition et d’Insertion (OPTI) d’Aigle et entamé des démarches de récoltes de données à l’aide de questionnaires envoyés aux employeurs1 du canton de Vaud. Ces démarches nous ont permises de déterminer en quoi l’origine culturelle influence sur l’insertion professionnelle des jeunes à la recherche d’une place d’apprentissage. Les réponses obtenues ont permis de mettre en lumière l’importance que les employeurs accordent à une bonne compréhension ainsi qu’une bonne expression orale et écrite de la langue française de la part de l’apprenti. C’est l’un des facteurs principaux qui peut discriminer les jeunes d’origine étrangère lors du processus d’embauche. Les moeurs et coutumes, souvent différentes d’un pays à un autre, font également partie des raisons à l’origine d’une certaine « discrimination » à l’égard de la personne considérée comme « étrangère ». Par exemple, la ponctualité est considérée par les employeurs du canton de Vaud comme étant un critère d’embauche prépondérant lors du choix de l’apprenti. Cependant, selon les employeurs questionnés, les jeunes d’origine étrangère n’ont pas toujours conscience de cette importance en raison de leur origine culturelle qui n’inculque pas forcément ce type de valeur, valeur pourtant ancrée en Suisse. Différents préjugés et stéréotypes, ainsi que de fortes généralisations telles que « tous les étrangers ont des difficultés en français » ou « tous les étrangers sont moins ponctuels que les Suisses », ont été révélés grâce à notre étude et nous ont amené à mieux comprendre les raisons pour lesquelles un jeune d’origine étrangère rencontre plus de difficultés qu’un jeune suisse à trouver un apprentissage. De plus, cette étude a démontré que l’importance attribuée aux critères d’embauche varie selon le domaine professionnel et d’un employeur à l’autre, rendant ainsi difficile le préparatif des jeunes en recherche d’un apprentissage.