Soins infirmiers

Comment le soignant infirmier parvient-il à donner du sens à la fin de vie et au mourir en tant qu'expérience de vie à un bénéficiaire de soins pris en charge à domicile?

Raboud, Hélène ; Solioz, Emmanuel (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute Ecole de Santé Valais, 2009.

Au travers de cette recherche, je choisis de me pencher sur la manière dont les soignants infirmiers contribuent à donner du sens à la fin de vie à domicile. Confrontée à la mort dans les stages et appelée à l’être dans mon activité professionnelle, je porte mon attention sur la prise en charge infirmière des bénéficiaires de soins en fin de vie et ce, plus particulièrement sur... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Au travers de cette recherche, je choisis de me pencher sur la manière dont les soignants infirmiers contribuent à donner du sens à la fin de vie à domicile. Confrontée à la mort dans les stages et appelée à l’être dans mon activité professionnelle, je porte mon attention sur la prise en charge infirmière des bénéficiaires de soins en fin de vie et ce, plus particulièrement sur les plans psychologique et spirituel. J’entends ainsi : - identifier la distinction faite entre les aspects spirituel, religieux et psychologique ; - déterminer dans quelle mesure l’infirmière s’appuie sur le réseau professionnel ou non-professionnel pour répondre aux questions existentielles et aux besoins de communication du patient en fin de vie ; - reconnaître les éléments de prise en charge infirmière qui contribuent à donner du sens au temps du mourir ; - comprendre ce qui détermine l’oscillation entre posture humaine et posture professionnelle. Après avoir élaboré un cadre référentiel, j’ai interrogé huit infirmières ou infirmiers exerçant à domicile. La récolte et l’analyse des données débouchent notamment sur les résultats suivants, à savoir que le réseau professionnel et non-professionnel sont fortement sollicités dans ce temps du mourir, que la relation d’aide apparaît comme primordiale et qu’au delà du professionnel, c’est le vécu de la personne, son expérience et ce qu’elle est qui déterminent la prise en charge en fin de vie. Les accompagnements spirituel et psychologique sont des aspects relativement peu conscientisés dans la prise en charge d’un patient.