Travail social

Quand le talent et la créativité dépassent le handicap !

Panchard, Delphine ; Solioz, Emmanuel (Dir.)

Mémoire de diplôme HES : Haute Ecole de Travail Social, 2009.

La musique est de plus en plus utilisée dans le monde du social, entre musicothérapie, séances de relaxation ou formation de groupes de musique. La pratique de la musique, ou autres activités artistiques, influence le développement personnel et le comportement de la personne. Mon travail de recherche traite de l’apport d’une activité artistique, plus précisément de la musique, sur les... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    La musique est de plus en plus utilisée dans le monde du social, entre musicothérapie, séances de relaxation ou formation de groupes de musique. La pratique de la musique, ou autres activités artistiques, influence le développement personnel et le comportement de la personne. Mon travail de recherche traite de l’apport d’une activité artistique, plus précisément de la musique, sur les personnes en situation de handicap. J’ai constaté, au fil de mes expériences professionnelles, que les éducateurs sociaux ou animateurs socioculturels se servaient souvent de la musique dans leur pratique. En adoptant deux hypothèses de départ, selon lesquelles une activité musicale répond aux besoins de la personne en situation de handicap et renforce sa valorisation, la musique semble devenir un outil privilégié dans le travail social. Le choix du terrain de recherche s’est posé sur un Centre de Loisirs, lieu de répétition d’un groupe de musique formé de sept personnes en situation de handicap et de deux animateurs socioculturels. Les observations, entretiens et focus groupe effectués m’ont permis d’envisager des hypothèses de travail plus approfondies pour la suite. Prenant en considération que l’intégration de la personne handicapée est mieux favorisée par une activité artistique que par une activité manufacturée, et que l’altérité disparaît quand la personne handicapée devient artiste, ma recherche se tourne alors sur l’intégration professionnelle des personnes en situation de handicap. Les données recueillies sur le terrain et les données théoriques amènent alors à une synthèse qui met l’accent sur les similitudes et divergences entres les deux types d’intégration : par une activité artistique et par une activité manufacturée. Les hypothèses sont vérifiées car la personne devenant artiste perd son étiquette de « personne handicapée » et ce sont ses compétences et non plus ses difficultés qui ressortent. Cependant, les hypothèses sont nuancées, car le côté artistique demeure encore relégué dans notre société où l’activité manufacturée est prépondérante.